Aller au contenu principal
Font Size

Pourquoi les Wine Funders ont-ils envie d’investir ?

Jeudi 19 septembre, la plateforme de financement participatif Wine Funding a donné rendez-vous à de potentiels investisseurs afin de découvrir les vins et les projets de trois domaines à la recherche de financements. L’occasion de les interroger sur leurs motivations à investir.

Le château Cazebonne fait appel à la plateforme Wine Funding pour financer l'achat de 7 ha de vignes qui seront travaillés en biodynamie
© Winefunding

C’est une communauté d’amateurs de vin un peu particulière qu’accueillait hier soir le Café Zen, situé en plein cœur de Paris. La soirée s’articulait autour de la dégustation des vins d’Olivier Calix, vigneron au domaine Sarrat de Goundy, dans l’Aude, de Jean-Baptiste Duquesne, propriétaire du Château Cazebonne, en Gironde et des vins de Benoît Chaignon, du Château Montplaisir dans le Vaucluse. De l’achat de jarres à la construction d’une salle de dégustation, tous ont de grands projets pour leur domaine, et ont besoin d’un coup de pouce pour les financer. Du côté des investisseurs potentiels, trois grandes motivations se dessinent.

 

  • Accéder à des vins parfois très chers

Un homme d’un cinquantaine d’année, qui n’en est pas à sa première soirée Wine funding témoigne :  « j’adore les vins de la Vallée du Rhône nord, malheureusement ils sont parfois hors de prix. J’ai eu l’occasion de goûter les vins du domaine Billon, qui m’ont beaucoup plu. J’ai pu poser pleins de questions auxquelles le vigneron a répondu avec beaucoup de précision. » Un moment d’échange privilégié qui a été décisif.  « Finalement, financer leur projet d’achat d’une nouvelle parcelle était un bon moyen de me procurer des vins de la région à un coût intéressant. » Prêt à renouveler l’expérience, ce Wine Funder est ce soir-là à la recherche d’un nouveau coup de cœur.

 

  • Découvrir d’autres pratiques et d’autres goûts

Sophie Rougié, la trentaine, raconte l’histoire du Château Cazebonne à ceux qui ne parviennent pas à approcher Jean-Baptiste Duquesne, en pleine explication de son projet d’achat de terre. Si la jeune femme connaît bien le vigneron et sa famille, c’est surtout parce qu’elle croit en une agriculture plus respectueuse qu’elle a décidé d’investir dans ce projet d’acquisition de 7ha de vigne en biodynamie. « J’aime beaucoup les graves mais je trouve qu’ils ont un peu tous le même goût, confie-t-elle. Jean-Baptiste utilise des cépages historiques de Bordeaux, ses vins sont éloignés des standards et c’est ça qui me plaît. De plus, quand il parle de la biodynamie, c’est fascinant ! », lance-t-elle.

 

  • Un moyen de répondre à une préoccupation écologique

Plus loin, une femme un peu plus âgée envisage de soutenir l’un des projets présentés « pour placer de l’argent dans quelque chose qui a du sens. » Les explications des producteurs ou de leurs représentants sur le recours à des techniques anciennes à la vigne et au chai, dans un souci d’élaborer des vins plus respectueux de la nature, semblent l’avoir séduit. « Quand on habite à Paris, on a parfois l’impression de ne pas pouvoir en faire assez en faveur de l’environnement, confie-t-elle. Le Wine Funding est un moyen d’aller plus loin, tout en bénéficiant d’une contrepartie intéressante et intéressée. »

 

Un évènement plus prometteur à Paris qu’à Londres

Bien qu’il soit encore un peu tôt pour évaluer les retombées d’une telle soirée, Jean-Baptiste Duquesne a remarqué la « sensibilité plus grande » vis-à-vis de son projet du public parisien en comparaison à celui rencontré à Londres il y a quelques mois. De son côté, Livia Gonzalves, chef de projet chez Wine Funding a noté la présence d’une cinquantaine de participants et « espère pouvoir compter 5 à 10 souscriptions en lien direct avec l’évènement. »

 

A lire aussi, notre article sur le remboursement des intérêts en vin

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Selon les réglages, les brosses viennent plus ou moins lécher les pieds de vigne. © Boisselet
La brosse rotative intercep travaille en surface
Cet outil de travail du sol intercep permet un désherbage sous le rang tout en limitant les risques d’érosion.
Ecoceps
L'Ecocep revient sur le marché des interceps viticoles
Un an après la fermeture de CGC Agri, trois anciens salariés ont repris le brevet de l'Ecocep pour relancer cet outil de travail…
vinitech-sifel 2018
Le salon Vinitech-Sifel confirme la tenue de son édition 2020
La 22e édition du Vinitech-Sifel aura bien lieu du 1er au 3 décembre au parc des expositions de Bordeaux.…
La reconnaissance de « vins naturels » par Paris serait-elle contraire au droit européen ?
Les autorités françaises ont-elles l’intention de contourner la réglementation européenne en créant une nouvelle dénomination…
 © TikTok/ranjeet32432
Fixer aisément la barre du troisième point
L’astuce du mois nous vient des réseaux sociaux. Une idée pour attacher la barre de poussée du troisième point du tracteur d’une…
Pour les prochaines vendanges, la MSA recommande notamment d' éviter le travail face à face, d'organiser les départs en décalé et que chaque salarié conserve son seau et son sécateur pour l’utilisation, l’entretien et le nettoyage.  © J.- C. Gutner
Préparer les vendanges en contexte Covid
Dans le contexte sanitaire actuel, l’organisation des vendanges devra sans doute être adaptée pour prendre en compte le risque de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole