Aller au contenu principal

Campagne 2005-2006
Pour un vin de table à trois euros et pas moins

Sagesse des rendements, récolte de qualité, possibilité de distiller : toutes les conditions devraient être réunies pour qu´au cours de la campagne qui démarre, aucun vin de table ne soit vendu à moins de trois euros le degré hectolitre.


Le ministre de l´Agriculture s´en est ému et l´a clairement indiqué aux professionnels qu´il recevait le 22 septembre en vue d´arrêter les mesures pour la campagne qui s´annonce : « la baisse des prix sur le marché des vins de table, des vins de pays et des appellations d´origine contrôlée a été très excessive et a entraîné des comportements spéculatifs à la baisse. Un terme doit y être mis ». Selon des chiffres fournis par la CCVF (Confédération des coopératives vinicoles de France), des « volumes conséquents » de vins de table au cours du mois d´août ont été achetés à moins de 2,30 euros. « Ce qui est catastrophique pour le marché et pour les entreprises », estime la CCVF.
Le négoce dénonce cette spirale à la baisse
Une telle politique de prix est néfaste pour les producteurs puisqu´elle ne couvre pas les prix de revient et néfaste également pour le consommateur en terme de qualité des produits. Le négoce dénonce également cette spirale à la baisse considérant lui aussi que l´appauvrissement de la propriété ne peut que lui nuire. « Il est donc de l´intérêt général qu´un retour à la normalité des prix soit établi », souligne la CCVF. L´Afed (Association française des embouteilleurs distributeurs) avait d´ailleurs demandé, il y a quelques semaines, la mise en place d´un prix minimum. Seulement, la chose pouvant être qualifiée d´entente entre familles professionnelles est anti-communautaire. Toutefois, la CCVF a l´intention de porter ce débat dans le cadre européen, soutenue d´ailleurs par les Italiens, via le Copa-Cogeca. En attendant, et pour aller au-delà des seules incantations pour éviter « tout comportement suicidaire », selon les mots de Denis Verdier, président de la CCVF, les professionnels avec le ministre estiment avoir réuni toutes les conditions nécessaires. Il y a eu tout d´abord « les choix courageux » opérés par l´Inao pour maîtriser les rendements des vins AOC.
Pas de modification concernant le décret des vins de pays
La réunion au ministère de ce 22 septembre qui était dédiée aux vins de table et de pays s´est déroulée en présence de Christian Paly, président de la Cnaoc (Confédération nationale des producteurs de vins à AOC) qui a rappelé, à la demande du ministre, les efforts consentis par cette catégorie de vins qui pourraient entraîner une réductions des volumes de 1,5 million d´hectolitres. Aux producteurs de vins de table et de pays de suivre cet exemple. Aucune modification n´est ainsi apportée au décret des vins de pays. Le rendement 2005 sera égal à celui fixé en 2004 (85 hl/ha pour les vins de pays de département, 80 hl/ha pour les vins de pays d´Oc). Il est toutefois instauré, ce qui est une première pour cette catégorie de vin, une réserve qui sera gérée par l´Anivit (Association nationale interprofessionnelle des vins de table et de pays). Cette réserve devrait permettre, selon le ministre, « une meilleure maîtrise des volumes commercialisés ». Dans les exploitations mixtes, le rendement des vins de table passe de 100 à 130 hl/ha avec la possibilité de faire, avec ce surplus, des non-vins, des moûts concentrés rectifiés et ce qui est nouveau, du vin.
Mais le message de Dominique Bussereau accompagnant cette décision est clair : « afin d´éviter l´engorgement des marchés concernés, les producteurs devront tirer pleinement partie de la distillation alcool de bouche qui sera ouverte à partir du mois d´octobre par la Commission européenne ». A bon entendeur, salut ! Les professionnels espèrent qu´un volume compris entre 2 et 3 millions d´hectolitres sera ainsi envoyé à la chaudière. A noter que cette distillation est payée à hauteur de 2,48 euros le degré hectolitre. Et pour tenter de convaincre le plus grand nombre de recourir à cette possibilité d´éliminer des excédents, le ministre s´est engagé à prendre les dispositions adéquates afin que les producteurs ayant souscrit à cette distillation soient payés « le plus rapidement possible », indique Jérôme Despey, vice-président de la commission viticole de la FNSEA, au lieu des 8 à 9 mois d´attente traditionnels. Pour ce dernier, « rien ne justifie plus des transactions en vins de table inférieures à 3 euros ». Pour autant, ajoute-t-il, ce seuil ne doit pas non plus devenir le prix du marché
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole