Aller au contenu principal

Prophylaxie
Pour la mise en place d’une lutte spécifique contre le bois noir

Selon de premiers résultats, les modes de propagation de la flavescence dorée et du bois noir seraient différents. D’où la necessité de définir une lutte spécifique contre ces deux jaunisses contrairement à ce que préconise la législation.

« Selon la législation actuelle, une souche de vigne présentant un faciès flavescence dorée ou bois noir doit être impérativement arrachée. Si cette solution est effectivement la seule à mettre en œuvre dans les cas de flavescence dorée, pour le bois noir, on peut envisager des moyens de lutte moins radicaux », indique Cédric Lecareux, de la chambre d'agriculture de l'Aude. Une première étude menée en Alsace dans le cadre du réseau national de recherche expérimentation sur le bois noir, a montré que si l'on procédait à l'élimination des orties (urtica dioica), plante hôte favorite du vecteur du bois noir, en l'occurrence Hyalesthes obsoletus,  on éliminait de fait la source de contamination du bois noir.

Une maladie transmise par le matériel végétal

En Languedoc-Roussillon, où le bois noir coexiste avec la flavescence dorée, ce qui n'est pas le cas en Alsace, en plus de l'ortie, le liseron (convolvulus arvensis) a également été désigné comme plante hôte plutôt très privilégiée par l'insecte vecteur. Il a toutefois été constaté sur des parcelles pourtant peu envahies par du liseron une propagation de la maladie qui dans ce cas, serait transmise par le matériel végétal. Néanmoins, fort de ces premiers éléments techniques, Cédric Lecareux estime qu'on ne peut traiter sur un même plan bois noir et flavescence, car si ces deux maladies ont des symptômes identiques, les conséquences notamment épidémiologiques de cette dernière sont autrement plus lourdes. « Même dans les communes soumises à l'arrêté préfectoral de lutte contre les jaunisses, si au moins 1 % des souches sur une parcelle sont atteintes, on pratique un test pour déterminer s'il s'agit de flavescence ou de bois noir. Dans le premier cas, on arrache. Dans le second, s'il y a présence de liseron, on l'éradique et on suit l'évolution de la parcelle. Cela va à l'encontre de la loi mais techniquement, c'est ce qu'il faut faire. Nous avons pu ainsi assainir des parcelles sans destruction de souches ». En-dessous d'1 % de souches atteintes, l'arrachage étant de mise.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Grégoire dévoile la GT3, sa nouvelle machine à vendanger tractée
Bénéficiant de nombreuses améliorations des grandes sœurs automotrices, les machines à vendanger Grégoire GT3 prennent la place…
L'épopée des vignerons, documentaire diffusé sur France
La grande histoire des vignerons contée en images
France 3 a diffusé le 7 septembre dernier « L’épopée des vignerons », un documentaire passionnant réalisé par Emmanuelle…
Pellenc lance l'Optimum 240, un enjambeur à cabine centrale pour une bonne visibilité au travail du sol.
Pellenc - L'enjambeur Optimum 240 conjugue visibilité et maniabilité
  Pellenc dévoile un nouvel enjambeur, l'Optimum 240, à l'occasion du salon Viti Vini 2022.
Preview image for the video "Une GT dans les vignes, la nouvelle machine à vendanger tractée de Grégoire".
[VIDEO] Avec la GT3, Grégoire signe la première machine à vendanger tractée Isobus du marché
Grégoire a dévoilé aux vendanges 2022 sa nouvelle machine à vendanger tractée GT3, remplaçante de la G3.220. Première tractée…
La rafle, quand elle est bien utilisée, apporte fraîcheur et complexité. De plus en plus de vignerons y reviennent.
La rafle de raisin, une matière avec de nombreux atouts
Moins d’alcool et plus de complexité, c’est ce qu’apporte la vinification avec les rafles quand elle est bien maîtrisée.…
La vanne est vissée à quatre endroits au conquêt.
[Astuce] « J’ai mis une vanne sur mon bac de remontage dans mon chai de vinification »
Georges Paire, du domaine des Pothiers à Villemontais, dans la Loire, a installé une vanne sur son bac de remontage, pour éviter…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole