Aller au contenu principal
Font Size

Poudreuses : Champagne et Bourgogne s’appuient sur l’expérience du terrain

L’interprofession champenoise et les chambres d’agriculture de Côte-d’Or et de l’Yonne ont réalisé des enquêtes pour connaître les pratiques du terrain et les matériels utilisés, afin d’établir une base de conseils et d’expérimentations futures.

© Wikipedia

En Bourgogne et en Champagne, les poudreuses sont ressorties ces dernières années, notamment suite à des attaques d’oïdium. Ces deux régions ont connu une année difficile en 2004 et encore plus en 2012. Peut-être due au réchauffement climatique, cette montée progressive de l’oïdium vers le Nord a vu réapparaître des poudreuses cachées au fond des hangars pendant des années, si ce n’est des décennies. Ces machines avaient été oubliées à cause de leur qualité d’application peu précise, leur manque de praticité, la dérive importante et l’irritation pour l’opérateur de cette application. Pourtant, le poudrage et la sublimation du soufre restent une méthode de lutte efficace contre ce champignon. Curatif et éradiquant, il permet de corriger les imperfections de la pulvérisation. Qui plus est, cette méthode de lutte n’engendre pas de sélection de souches d’oïdium résistantes et n’est pas incompatible avec la viticulture biologique.

Non équipés, d’autres viticulteurs ont fait le choix d’investir dans du matériel neuf. « D’autres encore font appel à des prestataires de services, explique Marie-Pierre Vacavant du CIVC (Comité Interprofessionnel du vin de Champagne). Cela correspond à un tiers des viticulteurs qui ont répondu à notre enquête et qui ont recours au poudrage. » L’interprofession de Champagne a réalisé entre juin et juillet 2014 une enquête auprès des viticulteurs de la région. Sur les 302 réponses, 218 pratiquent le poudrage et 65,5 % d’entre eux ont leur propre matériel. En outre, cette enquête a permis de connaître les matériels utilisés, leurs efficacités jugées par les utilisateurs eux-mêmes et les pratiques.

De leur côté, les chambres d’agriculture de la Côte-d’Or et de l’Yonne ont réalisé une enquête similaire, qui n’a pas encore été dépouillée. Une lecture rapide de ces réponses met cependant en évidence un parc de poudreuses d’âge divers, certains appareils pouvant atteindre 30 ans. « Il s’agit soit de matériel neuf ou récent, soit de matériel ancien ayant subi des modifications avec en premier lieu des descentes pour appliquer au plus près de la zone fructifère, » observent les responsables de cette étude. Certains adaptent le poudrage sur leur pulvérisateur, exploitant alors les descentes pour une application précise et plus homogène. L’application par le dessus semble être minoritaire également en Champagne (15 %). « Comme en pulvérisation, il apparaît plus logique de cibler le produit sur la zone concernée, commente Marie-Pierre Vacavant. En général, ces appareils disposent de 2 ou 4 diffuseurs, mais certains viticulteurs passent tous les 7 ou 9 rangs, comme avec leur pulvé. Or, les premiers tests exploratoires avec des capteurs-scotchs montrent qu’au-delà de 2 à 3 routes traversées avec un appareil à deux descentes, il ne reste plus grand-chose. »

Des conditions pas toujours simples à réunir

Outre l’application du produit au bon endroit, les conditions météorologiques idéales ne sont pas toujours faciles à réunir. L’absence de vent, pour limiter la dérive, des températures optimales entre 20 et 25 °C, l’absence de pluie dans les 48 heures et une bonne luminosité doivent en effet coïncider avec le stade de floraison de la vigne, stade où le poudrage est le plus pratiqué. Selon les années ou par sécurité, certains réalisent deux passages, en début et en fin de floraison. Le matin est majoritairement le moment de la journée où ces conditions sont réunies et donc le poudrage plus efficace. Si la garantie des 48 heures sans pluie n’est pas totale, les viticulteurs s’assurent tout de même des 24 sans précipitation. Quant à la température, il faut veiller à ce qu’elle ne dépasse pas 28 °C, selon les prescriptions de l’unique fournisseur du fluidosoufre (Cerexagri). Ce dernier précise également que la luminosité est un paramètre aussi considéré comme important par les vignerons champenois, et même plus important que la température en Bourgogne.

« À défaut d’avoir pu poudrer au bon moment, certains viticulteurs poudrent du stade grain de pois à la fermeture de grappe, constate Pierre Petitot, de la chambre d’agriculture de Côte d’Or, à titre de traitement curatif. »

Un dosage difficile à maîtriser

Autre paramètre à maîtriser : le dosage. Cela commence par le colmatage induit par le tassement de la poudre au transport, parfois conjugué à l’humidité. Ce colmatage est observé par 45 % des viticulteurs champenois ayant répondu. Un chargement trop important est à proscrire, un appareil doté d’un malaxeur et d’une grille vibrante à prescrire. Le CIVC a également apprécié le fonctionnement original de l’appareil Hervé qui consiste à injecter de l’air dans la cuve mettant le soufre constamment en suspension. Conjugué au nombre de rangs traités et à la vitesse d’avancement, le réglage du débit est possible mais difficile pour 50 % des viticulteurs. Cela s’explique par une variation importante de dosage entre deux positions de réglage, sur bon nombre d’appareils. Le dosage est obtenu bien souvent par tâtonnement et ajusté par la vitesse d’avancement.

Enfin, pouvoir ajuster le débit de la turbine est important pour s’adapter au volume de feuillage.

Pour le CIVC, toutes ces informations empiriques vont servir de base pour des expérimentations visant à tester différents matériels et différentes pratiques, pour délivrer des conseils plus pertinents. Le CIVC conclut sur une note positive : « même si des progrès restent à faire notamment au niveau de la précision de la dose appliquée et des possibilités de réglage, les nouveaux modèles de poudreuse remédient à la plupart de ces inconvénients et permettent de travailler en sécurité. »

Le soufre en poudre, inflammable et toxique

« Chaque année, un tracteur brûle à cause de l’inflammabilité du soufre en poudre », annonce Marie-Pierre Vacavant. Appliquer du soufre en poudre impose l’apposition d’une chaîne qui traîne, pour éviter les petits éclairs d’électricité statiques, ainsi qu’un nettoyage régulier du matériel.

Pour l’opérateur, des gants nitriles, des lunettes étanches, une combinaison jetable de catégorie III et un masque de type FFP2 ou FFP3 (à défaut un demi-masque à cartouche A2P3) sont un prérequis indispensable. Ces ensembles sont utilisés dans 80 % des exploitations champenoises ayant répondu.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole