Aller au contenu principal

Plan d’aide à la filière vin : Castex rallonge l’enveloppe de 76 M€

En visite mercredi 5 août dans le sancerrois, le Premier ministre Jean Castex, accompagné du ministre de l'Agriculture Julien Denormandie, a annoncé 76 millions d'euros (M€) d'aides supplémentaires à la filière viticole pour la distillation et le surstockage.

Sur les 76M€ supplémentaires débloqués par le gouvernement, 20M€ sont destinés à financer le surstockage.
© P.CRONENBERGER

« L’État va accroître son effort de solidarité à destination des artisans- viticulteurs », a déclaré Jean Castex ce mercredi 5 août en direct de la maison des vins de Sancerre. Ainsi, à l’enveloppe de 170 M€ débloquée en juin dernier sous le mandat d’Édouard Philippe s’ajouteront 76 M€, dont 56 M€ pour la distillation de crise. « Ce seront donc quelques 2,6 millions d'hectolitres qui pourraient être transformés » a complété Julien Denormandie. Un coup de pouce qui reste toutefois inférieur aux demandes de la profession, qui avait estimé les volumes à distiller entre 3 et 3,5 millions d’hl. Les 20 M€ restants prévus dans l’enveloppe seront quant à eux alloués à l’aide au stockage privé.  "J'ai demandé au Ministre (de l’Agriculture) que ces aides puissent être distribuées le plus rapidement possible car les besoins en trésorerie (...) sont forts. " Au total, c’est un budget de 246 M€ que l’État alloue à la filière vin pour l’aider à surmonter la crise actuelle. Un montant encore en-deçà des demandes de la profession, qui estiment le manque à gagner « au moins à 1,5 milliard d'euros ».

« Travail de persuasion »

Sur Twitter, Jean-Marie Fabre, président des Vignerons indépendants, a salué « ce calibrage financier capable de rendre efficientes les mesures du plan sectoriel ». Il s’est par ailleurs félicité du « travail de persuasion » mené par la filière vin ayant abouti à « une annonce en phase avec l’attente de nos entreprises. » Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, s’est de son côté dit soulagé de ce déblocage. « Mon regret, c’est qu’une partie du budget est prise sur l’OCM viti-vinicole», a-t-il toutefois confié à nos confrères d’Agra Presse. En théorie, le budget de l’OCM est censé financer des mesures structurantes et non des mesures de crise.

Lire aussi " Les distilleries vinicoles alertent sur leur besoin en subventions pour gérer la crise "

La fin des exonérations sur les TODE repoussée

Quant aux mesures de soutien direct aux exportations, demandée par la filière depuis l’entrée en vigueur de la taxe Trump, le gouvernement de Jean Castex n’a pas su y apporter de réponse. Idem pour les exonérations de cotisations sociales à partir de 60% de perte de chiffre d’affaires, et non 80% comme c’est le cas à ce jour. "Le seuil de 80 % de pertes de chiffre d’affaires pour bénéficier de 100 % d’exonérations de charges est beaucoup trop important. Nous avons dit au Premier ministre que nous souhaitons que les curseurs soient revus », a indiqué Jerôme Despey à Agra Presse.  En revanche, Julien Denormandie a annoncé le report de la fin du dispositif d'exonérations patronales pour les travailleurs occasionnels demandeurs d’emploi (TODE) au 1er janvier 2021. Une bonne nouvelle pour la viticulture qui a particulièrement recours à ce type de travailleurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole