Aller au contenu principal

Plaimont ouvre son capital à ses salariés

Joël Boueilh, président du Groupement de caves coopératives de Plaimont, dans le Gers, a souhaité ouvrir le capital de l’entreprise à ses salariés pour créer un véritable  sentiment d’appartenance.
Joël Boueilh, président du Groupement de caves coopératives de Plaimont, dans le Gers, a souhaité ouvrir le capital de l’entreprise à ses salariés pour créer un véritable sentiment d’appartenance.
© X. Cresp

Acteur majeur du Sud-Ouest avec 39 millions de cols écoulés en 2013 et un chiffre d’affaires en hausse à 72 millions d’euros sur le dernier exercice (+  deux millions d'euros), le Groupement de caves coopératives de Plaimont (Saint-Mont, Gers)

a créé la surprise en adoptant, lors de sa dernière assemblée générale du 6 mars 2015 l’ouverture du capital et l’offre de participation auprès de ses salariés.

Première coopérative viticole à profiter des nouvelles dispositions de la loi d’avenir pour l’agriculture concernant l’ouverture aux actionnaires non coopérateurs, Plaimont réalise un souhait longuement mûri. La cave a en effet toujours cherché à réunir les trois familles qui la composent, viticulteurs apporteurs, salariés, et entreprise, pour une gestion plus rapprochée et pour créer un véritable sentiment d’appartenance.

Pour Joël Boueilh, son président, « le moment était venu de concrétiser notre idée du collège d’associés. Il s’inscrit dans notre démarche d’entreprise à rassembler, pour profiter des forces vives de chacun, à tous ses échelons. » Les vignerons de Plaimont, habitués à travailler avec les salariés de la coopérative pour assurer la promotion des produits mesurent tout l’intérêt à profiter de cette nouvelle dynamique.

Un engagement minimum de cinq ans

Concrètement, comme pour le plan d’épargne d’entreprise (PEE) institué à Plaimont, les 180 collaborateurs en CDI pourront choisir entre placement et capital social. Avec une part sociale fixée à seize euros et un droit d’entrée de vingt parts, les premières souscriptions devraient démarrer avant l’été. Engagés pour une durée minimum bloquée à cinq ans, identique à celle des producteurs, les salariés actionnaires participeront à la gestion de l’entreprise. Deux d’entre eux seront élus au conseil d’administration. En revanche, la prise de participation salariale ne peut excéder 20 % du capital social.

La philosophie dégagée autour du travail partagé semble être une raison suffisante pour la direction pour aller plus loin. « S’approprier un projet commun pour créer de la valeur ajoutée et dynamiser notre gouvernance, générer de la promotion sociale et susciter l’attractivité de l’emploi grâce à des engagements participatifs forts doivent nous permettre de continuer l’aventure humaine menée par Plaimont depuis trente ans », confie Joël Boueilh.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Les vendeurs de phyto ne peuvent officiellement plus vous conseiller depuis le 1er janvier
Désormais la loi interdit aux fournisseurs de produits phytosanitaires de jouer le rôle de conseil tel qu'il existait jusqu'à…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole