Aller au contenu principal

Peu d’incidence du traitement nocturne

L’hygrométrie et le vent sont favorables lors d’un traitement nocturne. Mais les produits phytos et les bioagresseurs réagissent-ils différemment ? Voici des éléments de réponse.

La nuit, la cuticule des feuilles se rétracte peu à peu, rendant la pénétration des systémiques plus efficace.
© FreeProd/Fotolia

Pour Benjamin Perriot, spécialiste en techniques de pulvérisation chez Arvalis, traiter de nuit plutôt que de jour n’a pas d’influence notable sur les ravageurs. « Selon moi, c’est similaire à traiter très tôt le matin pour rechercher une bonne hygrométrie et l’absence de vent », assure-t-il. « Le choix de traiter le jour ou la nuit relève plus de problème pratico-pratiques que biologiques », acquiesce Laurent Delière, ingénieur à l’Inra de Bordeaux. Toutefois, la plante ne réagit pas de la même façon aux produits tout au long de la journée. Le spécialiste d’Arvalis apporte notamment un bémol sur les traitements en soirée. Les plantes peuvent être encore stressées par les conditions thermiques de la journée et elles seront moins « réceptives » aux molécules tard le soir que tôt le matin. Ceci est valable pour les produits systémiques qui nécessitent que la cuticule des plantes (couche cireuse) soit dilatée pour pouvoir être traversée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[VIDEO] Vignes gelées : objectif bois de taille !
Après un gel conséquent, il est important de s’occuper des rameaux restants ou qui repoussent, afin d’assurer la pérennité du cep…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Guillaume Casanove, Gilles et Romain Lacroix, François Tissot et Alain Dourthe (de gauche à droite) travaillent de concert pour mettre en application la méthode Géophile au Mas des Boutes. © X. Delbecque
« La vigne a rapidement réagi à la méthode Géophile »
À Tresques, dans le Gard, les domaines Bernard Perret se sont lancés dans la méthode Géophile. Une approche globale de la vigne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole