Aller au contenu principal

Penser aux nutriments lors de la réhydratation des levures

Il y a quelques années sont apparus sur le marché des « protecteurs de levures » ou encore « activateurs de fermentation », des nutriments à incorporer dans l’eau de réhydratation des levures. Retour sur une pratique toujours peu usitée et pourtant efficace.

En apportant des nutriments dans l’eau de réhydratation, les levures sont mises dans de meilleures conditions.
En apportant des nutriments dans l’eau de réhydratation, les levures sont mises dans de meilleures conditions.
© J.-C. Gutner

Pourquoi ne pas réaliser un apport de nutriments dès le début de la vie de la levure, dans l’eau de réhydratation ? Telle est la question que se sont posée les fabricants œnologiques pour tenter d’aller plus loin sur la thématique de nutrition des levures. Et cela paraît à première vue tout à fait cohérent ! Certes, un apport de DAP ou bien de nutriments dans le premier tiers de la fermentation permet une meilleure colonisation du milieu et un métabolisme plus efficace. Mais c’est lors de la réhydratation que Saccharomyces sort de sa phase de dormance, commence sa multiplication et construit ses parois. Le milieu y est confortable : une température idéale de 37 °C, pas de compétition avec les autres organismes, pas de stress osmotique ni alcoolique. C’est à ce moment que les levures s’arment pour affronter l’étape de la fermentation. Alors autant les aider.

Des levures plus fortes pour une meilleure fermentation

Les différentes recherches ont montré que l’apport de stérols dans l’eau de réhydratation des levures permet d’améliorer la structure de la membrane plasmique, condition nécessaire pour une bonne survie en milieu fermentaire. L’utilisation d’un protecteur de levures permet également d’atteindre plus rapidement le palier des 107 cellules/ml, marquant la fin de la phase de latence. Ces produits, obtenus par autolyse de levures, sont généralement composés d’acides aminés (source d’azote organique), de vitamines et de sels minéraux. Certaines formulations sont enrichies en acides aminés spécifiques (Fermoplus-AEB), stérols (Superstart-Laffort) ou encore en glutathion, qui sera relargué en fin de fermentation (Genesis Fresh-OenoFrance). Ainsi bien préparées, les levures résistent plus facilement au stress fermentaire, et ont un métabolisme favorisé. Il en découle des fermentations alcooliques (FA) plus courtes avec des fins de fermentations plus franches.

Les études montrent également que les protecteurs de levures favorisent la production d’arômes (meilleur métabolisme), et diminuent la production d’acide acétique et d’H2S (résistance au stress). La meilleure implantation dans le milieu fermentaire limite de plus la concurrence des autres organismes indésirables (Brettanomyces, bactéries…). L’apport de nutriments dans l’eau de réhydratation est donc une étape clé de la vie levurienne et de la stratégie de nutrition. Elle est toutefois complémentaire aux ajouts habituels. Les œnologues conseillent de fractionner les apports en trois étapes : lors de la réhydratation, au levurage (azote minéral) et lors du premier tiers de FA (azote organique). La majorité des groupes œnologiques propose aujourd’hui au moins un protecteur de levures. Leur utilisation revient entre 0,2 et 1 euro par hectolitre selon la spécialité et la dose employée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[VIDEO] Vignes gelées : objectif bois de taille !
Après un gel conséquent, il est important de s’occuper des rameaux restants ou qui repoussent, afin d’assurer la pérennité du cep…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Guillaume Casanove, Gilles et Romain Lacroix, François Tissot et Alain Dourthe (de gauche à droite) travaillent de concert pour mettre en application la méthode Géophile au Mas des Boutes. © X. Delbecque
« La vigne a rapidement réagi à la méthode Géophile »
À Tresques, dans le Gard, les domaines Bernard Perret se sont lancés dans la méthode Géophile. Une approche globale de la vigne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole