Aller au contenu principal

Encore président ?
Pascal Férat brigue un second mandat

Depuis 4 ans, Pascal Férat occupe la place de président du syndicat général des vignerons de champagne. Le 20 février, il remet son titre en jeu mais candidate pour deux ans supplémentaires : des dossiers lui tiennent à coeur.

Pascal Férat, président du SGV : "« Dans les mois à venir, le projet Vignoble va se muscler. Il s’agit de maintenir les exploitations et les exploitations. Nous allons proposer des idées chocs »
Pascal Férat, président du SGV : "« Dans les mois à venir, le projet Vignoble va se muscler. Il s’agit de maintenir les exploitations et les exploitations. Nous allons proposer des idées chocs »
© JC Gutner

Epernay, le 21 janvier 2014. A l’occasion de ses vœux à la presse, Pascal Férat, président du syndicat général de champagne (SVG), a tenu à dresser un bilan de son mandat qu’il occupe depuis quatre ans. « Je me représente pour une durée de deux ans » a expliqué l’élu qui sera fixé sur son sort le 20 février prochain, date du conseil d’administration électif du SVG. Pascal Férat a encore des batailles à mener sur le champ de la défense du vin dans la société. « Nous allons nous investir davantage au côté de Vin et Société » affirme Pascal Férat. Autre dossier clé : le Projet Vignoble, déclinaison viticole de plan Champagne 2030 du CIVC. « Dans les mois à venir, le projet va se muscler. Il s’agit de maintenir les exploitations et les exploitations. Nous allons proposer des idées chocs » a promis le président .


Succès sur la directive nitrate

Le bilan de mandature exposé par Pascal Férat apparaît comme plutôt positif. Le succès du travail syndical sur la directive nitrate témoigne de la capacité des champenois à obtenir l’écoute attentive du ministère de l’agriculture aux problématiques des vignes en pentes. Le président s’est également attribué le succès emporté dans le combat pour la sauvegarde d’un système de gestion des plantations. « Ce qui nous a fait que nous l’emportions est l’unité trouvée au sein de la filière » a-t-il commenté. Enfin, le président a insisté sur la convention cadre signée avec la SAFER pour constituer une réserve de terres et dédommager les exploitants qui en perdraient dans le cadre du remodelage de l’aire d’appellation champagne. Pascal Férat s’est enfin satisfait des dernières avancées sur un dossier long d’une trentaine d’années : les coteaux de Chartèves où un conflit lié à la protection de la faune et de la flore empêche les viticulteurs de planter et de jouir de leur droit de propriété. Des solutions sont en passe d’être trouvées en concertation avec l’Etat et les associations de protection de la nature.


Regrets sur les charges patronales

Reste un dossier sur lequel Pascal Férat reconnaît ne pas avoir obtenu de bons résultats : celui des charges patronales dont la hausse provoque un renchérissement de la main d’œuvre. « La machine à vendanger est en train d’arriver plus vite que prévu ! » prévient Pascal Férat. Ce dernier a lancé une réflexion pour la rédaction d’un cahier des charges visant à agréer de futures machines à récolter. Au-delà de la mécanisation de la récolte, c’est toutes les étapes de la culture de la vigne telle que le relevage qui pourrait passer à la mécanisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole