Aller au contenu principal

Optimiser ses engrais verts

De plus en plus de vignerons implantent des engrais verts dans leurs interrangs. Une fois les premières bases acquises, voici les conseils des experts pour passer au cap supérieur.

C’est d’abord sur la culture des pruniers que Samuel Cuisset, propriétaire du château les Miaudoux à Saussignac en Dordogne, introduit les engrais verts en 2012. Pour cet exploitant, ils s’intègrent parfaitement dans la démarche d’agriculture biologique au sein de laquelle il est engagé depuis 2003 et constituent un point fondamental pour le passage en biodynamie. « Lors des premières formations que j’ai suivies pour la conversion en biodynamie, il m’est apparu évident qu’il fallait planter quelque chose pour faire pousser quelque chose », explique Samuel Cuisset. Si les bénéfices d’un couvert végétal sur la lutte contre l’érosion et la compaction des sols étaient prévisibles, les répercussions sur la qualité des vins blancs n’en finissent pas de surprendre le vigneron. Grâce aux engrais verts, les moûts blancs, souvent carencés par le passé, sont devenus excédentaires en azote assimilable dès la première année d’utilisation. Conséquences : des fermentations alcooliques qui se déroulent sans ralentissements ni interruptions et une aromatique décuplée. « On a un sauvignon blanc sec d’entrée de gamme médaillé d’or depuis deux ans, chose qui n’était jamais arrivée avant », expose-t-il fièrement. Concernant les vins rouges, l’impact ne semble pas si évident, même si le vigneron obtient désormais des vins « plus légers, plus désaltérants, ce qui correspond à la demande de nos clients ». Sur le plan agronomique, Samuel Cuisset met en avant la stabilité des rendements « qui ne varient plus autant d’une année à l’autre » et s’établissent autour de 55 hl/ha. Il témoigne de plus d’une vigueur accrue dans les parcelles ayant déjà un bon potentiel de développement du feuillage. Autre bénéfice : les engrais verts permettent de recréer un écosystème dans les parcelles. « Très tôt au printemps, les coccinelles attirées par les pucerons repeuplent nos parcelles », constate le viticulteur.

Trois ans pour trouver la bonne combinaison

Il aura fallu trois ans de tâtonnement à Samuel Cuisset, épaulé par son technicien expert en agriculture biologique, pour trouver la bonne combinaison entre les différentes espèces à implanter. À cause du passage régulier d’engins viticoles dans les parcelles, il préfère favoriser des plantes annuelles. Pour une dose totale de 300 kg/ha, le viticulteur sème dans tous les rangs trois variétés de légumineuses : féverole, pois et vesce, ainsi que deux céréales : triticale et avoine. À raison de 90 kg/ha chacune, la féverole et les deux céréales constituent l’assemblage majoritaire, alors que les légumineuses restantes ne représentent que 10 % du semis total. Il ajoute à l’ensemble un peu de moutarde, en quantités anecdotiques.

Semences paysannes et semoir autoconstruit

Pour s’approvisionner, Samuel Cuisset fait appel au réseau AgroBio Périgord qui permet aux viticulteurs d’effectuer des commandes groupées auprès d’agriculteurs adhérents au réseau, et donc certifiés bio. L’achat direct au producteur permet de maintenir le coût des engrais verts à un niveau raisonnable. Samuel Cuisset s’en sort pour environ 160 €/ha/an. Il sème ces engrais verts autour du 15 octobre, à l’aide d’un semoir à dents à quatre descentes autoconstruit grâce aux tutoriels des experts de l’Atelier Paysan. Ce type de semoir présente l’avantage de permettre une meilleure répartition des semences. Peu après l’épiaison, les plantes sont coupées à l’aide d’un broyeur à marteaux, puis enfouies avec des disques. Ces deux étapes sont à raisonner en fonction des conditions météorologiques du millésime : en cas de sécheresse mieux vaut broyer rapidement avant que les engrais n’entrent en compétition avec la vigne. En revanche, en cas de printemps pluvieux comme ce fut le cas cette année, les engrais verts permettent de maintenir les sols en place. Prochaine étape pour le viticulteur : garnir son vignoble de refuges pour les oiseaux, « pour diversifier la faune sauvage et continuer la lutte contre les ravageurs », conclut-il, déterminé.

Les répercussions sur la qualité des vins blancs n’en finissent pas de surprendre le vigneron

repères

Château les Miaudoux

Superficie 25 ha de vigne + 8 ha de pruniers

Rendements 55 hl/ha

AOC bergerac sec, côtes de bergerac, saussignac

Densité 5 000 pieds/ha

Type de sol argilo-calcaire

Chiffre d’affaires 450 000 €

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
La taille de la vigne se réalise à l’aide d’un sécateur.
Comment tailler la vigne ? Huit choses à savoir
Pour un bon rendement et une bonne qualité des grappes, il est indispensable de bien tailler sa vigne et à la bonne période.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole