Aller au contenu principal

Qualité
Oïdum, des défauts organoleptiques dès 9 % de contamination

Une étude menée par l’Institut Coopératif du Vin et BASF s’est penché sur les seuils de nuisibilité de l’oïdium. Dès 9 % de grappes fortement touchées, la qualité de la vendange est remise en question

L'ICV et BASF ont dévoilé les premiers résultats du programme de recherche "in vino qualitas" qui vise à préciser l'impact de l'oïdium sur la qualité. Un faible attaque induit l'augmentation des arômes indésirables et un perte d'acidité.
L'ICV et BASF ont dévoilé les premiers résultats du programme de recherche "in vino qualitas" qui vise à préciser l'impact de l'oïdium sur la qualité. Un faible attaque induit l'augmentation des arômes indésirables et un perte d'acidité.
© JC Gutner

L'ICV et BASF Agro ont présenté les premiers résultats de leur programme baptisé « in vino qualitas ». Ces recherches conduites pendant trois ans sur carignan et chardonnay visaient à préciser l'impact de l'oïdium sur le rendement et la qualité. « Par rapport au botrytis, nous disposions de peu de données sur l'oïdium alors que cette maladie se développe à la fois en fréquence et dans de nouveaux vignobles », précise Jacques Rousseau de l'ICV. Les chercheurs ont constitué des lots de raisins avec des contaminations croissantes en oïdium qu'ils ont vinifié séparément. Les résultats montrent qu'au-delà de 9 % de grappes contaminées, on observe une augmentation d'arômes indésirables phénolés (eugénol), champignons (octenol) ou encore herbacés.(hexenol). Ces arômes sont accompagnés d'une baisse d'acidité fragilisant la couleur et ouvrant la porte à des problèmes microbiologiques. Les chercheurs ont également mis en lumière deux types de grappes contaminées. Lorsqu'il ne s'agit que d'un léger feutrage sur l'ensemble de la grappe, les dégâts sont acceptables. Les défauts sensoriels apparaissent lorsqu'on observe des baies nanifiées, explosées sur 50 % de la grappe.

Huit traitements assurent un gain économique

Ces essais ont également permis de comparer différents programmes de traitement anti-oïdium : un témoin non traité contre la maladie, un programme « référence » à 8 traitements (2 Kumulus, 2 Collis, 2 Vivando et 2 spiroxamine) démarrant à 5-6 feuilles et un programme « bas de gamme » à 7 traitements (4 triazoles, 2 soufres, 1 contact) démarrant à 8-9 feuilles. Outre des différences qualitatives confirmant les résultats précédents, la comparaison économique des programmes montre que malgré un coût supérieur de 63 €/ha, le programme « référence » génère près de 1000 €/ha de revenus en plus par rapport au « bas de gamme ». « Il y a nécessité d'intervenir dans le cadre d'une stratégie de protection précoce et avec des produits performants », résume Vincent Jacus, responsable cultures spéciales chez BASF. Ces essais vont se poursuivre en 2010 afin de confirmer ces résultats.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les vendeurs de phyto ne peuvent officiellement plus vous conseiller depuis le 1er janvier
Désormais la loi interdit aux fournisseurs de produits phytosanitaires de jouer le rôle de conseil tel qu'il existait jusqu'à…
L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole