Aller au contenu principal

Nouvelle impulsion pour le plan Écophyto

Le nouveau plan de réduction des produits phytosanitaires sera basé sur la recherche et l'innovation.
© EcophytoPIC

Une augmentation de 12 % de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques depuis 2014. C’est l’amer constat qu’on fait les ministres de la Transition écologique, de la Santé, de l’Agriculture et de l’Enseignement supérieur lors du comité d’orientation stratégique et de suivi du plan Écophyto en juillet dernier. Bien que ces derniers aient relevé des avancées, telles que le réseau Déphy et le déploiement des CEPP, ils ont souhaité donner une nouvelle impulsion au plan, qui actualise et renforce la version II, sous le nom d’Écophyto II +. Pour cela, les ministres ont décidé de cibler plus particulièrement des actions de recherche appliquée et de transfert de l’innovation, ainsi que le déploiement des collectifs d’agriculteurs, dans le cadre des 71 millions d’euros de crédits annuels alloués au plan. Les outils du Grand plan d’investissement (5 milliards d’euros) seront également mobilisés pour soutenir le développement de solutions technologiques en agroéquipements et en biocontrôle.

Encourager la substitution du glyphosate lors du renouvellement d’AMM

Les ministres ont de surcroît annoncé un programme de recherches prioritaire, doté de 30 millions d’euros, destiné à accroître la mobilisation de la communauté scientifique. Mais pour la Confédération paysanne, le compte n’y est pas. « Ce plan pérennise un modèle qui a atteint ses limites sociales, sociétales et environnementales », estime-t-elle. Le syndicat regrette également que la mobilisation des financements se fasse sur la recherche, qui ne s’adresse toujours pas directement aux paysans pour les accompagner dans le changement. De son côté, la Fnsea se dit également prudente, et ne partagera l’enthousiasme des pouvoirs publics que lorsque ces derniers ajusteront leurs moyens à leurs ambitions. Par ailleurs, les ministres ont acté que les renouvellements d’AMM par l’Anses de produits à base de glyphosate ne seront délivrés que pour trois ans, afin d’encourager la substitution. Le plan Écophyto II + sera soumis à consultation publique à l’automne prochain et publié avant fin 2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les amibes sont des micro-organismes unicellulaires. L'une d'elle, Willaertia magna, pourrait bientôt devenir une substance active de lutte contre le mildiou, aux vues de résultats au champ prometteurs. © Amoéba
Essais prometteurs pour un nouveau produit antimildiou de biocontrôle en vigne
Un biofongicide à base d’amibe, en test au champ depuis l’an dernier, a confirmé en 2020 son efficacité contre le mildiou. De…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole