Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Trois questions à Thierry Coste
" Nous souhaitons la suppression des barrières tarifaires aux États-Unis "

L’Union européenne et les États-Unis engagent un processus de négociation afin de réviser l’accord bilatéral sur le commerce. Président du groupe de travail “ vin ” du Copa-Cogeca, Thierry Coste explique ce qui est en jeu.

 


Les taxes douanières imposées aux vins européens à l’entrée sur le sol américain pourraient-elles évoluer ?


Notre demande est de les supprimer. Aujourd’hui, les vins européens, et notamment ceux
commercialisés en vrac, sont handicapés par rapport à des vins d’origine chilienne, sud-africaine ou encore australienne. Ainsi les vins européens s’acquittent de 1,45 centime par litre quand ceux de l’Afrique du Sud entrent sans taxe. Selon la Commission européenne, il devrait y avoir des avancées sur ce sujet car il y a un certain consensus autour de la nécessité de lever les barrières tarifaires. Ceci est déterminant car cet accord servira de référence pour la négociation d’autres accords bilatéraux, ce qui favoriserait l’accès à d’autres marchés.


Quelle est la position des producteurs européens sur les semi-génériques ?

 

Il s’agit de vins produits aux États-Unis qui utilisent des appellations comme chablis, champagne ou porto. Ces utilisations doivent être interdites.


Comment abordez-vous la question des mentions traditionnelles ?


Il existe 359 mentions traditionnelles en Europe. C’est beaucoup ! Nous souhaitons faire la part des choses entre celles qui sont utilisées localement (et qui risquent peu d’être reprises) et celles dont l’usage est fréquent. Nous mettons en place une réflexion qui doit aboutir sur un cahier des charges précis définissant les mentions traditionnelles fréquentes, comme clos ou château. Ce travail vise à aboutir à une harmonisation européenne sur leur utilisation(1). Nous souhaitons également que ces définitions soient reprises par les États-Unis.


(1) NDLR : Aujourd’hui, les mentions traditionnelles (notamment clos et château) cachent des règles d’utilisation différentes suivant les pays européens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
La radulanine A, un potentiel substitut naturel au glyphosate

Qu’est-ce que la radulanine A ?

Il s’agit d’une…

Vignette
Comment expliquer la présence de pesticides dans certains vins bio ?
La présence anormale d’acide phosphonique et de phtalimide a été detectée dans certains vins bios. Les hypothèses formulées pour…
Vignette
Protéger la vigne du mildiou et de l'oïdium grâce à des micro-injections de produits phytosanitaires dans le cep
Des essais de micro-injection dans le cep ont été réalisés dans le cadre du projet Preamisse sur mildiou et oïdium pendant trois…
Vignette
L’urine testée comme engrais pour les vignes
Basée à Montpellier, la start-up Ecosec cherche à valoriser l’urine recueillie dans les toilettes sèches qu’elle conçoit en tant…
Vignette
Un bon début pour la pulvé par drone
Le traitement par drone génère moins de dérive qu’une application au sol, et se révèle plus efficace que l’hélicoptère. Telles…
Vignette
Le déchaumeur à disques indépendants, un bon outil de mulchage
À la tête de deux EARL, Pierre-Emmanuel Lamy est équipé depuis deux ans de deux déchaumeurs à disques indépendants.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole