Aller au contenu principal

Ludovic Roux, président de l'ODG Terres du midi
"Nous pensons rapidement atteindre le million d'hectolitres."

C’est un premier bilan positif que dresse l’ODG terres du midi à l’occasion du salon Wine Paris le 12 février dernier. Plus de 31 000 hl ont été revendiqués en IGP terres du midi en 2018, 53 % de rouge et 47 % de rosé. Des volumes légèrement supérieurs à ce qui était attendu.

Ludovic Rioux, président de Coop de France Occitanie et de l’ODG Terres du midi, et Jean-Marie Fabre, président des Vignerons indépendants d’Occitanie, devant le visuel défini pour l'IGP terres du midi.
© J.GRAVÉ

« Ces chiffres nous confortent dans notre décision de restructurer l’offre territoriale alors que les IGP départementales sont en difficulté », déclare Ludovic Roux, président de Coop de France Occitanie et de l’ODG terres du midi. « Nous pensons multiplier les volumes par 10 dans les mois à venir et rapidement atteindre le million d’hectolitres », poursuit-il confiant. L’absence de revendications en blanc ne semble pas inquiéter Jean-Marie Fabre, président des Vignerons indépendants d’Occitanie. « Ce n’est traditionnellement pas une région de blanc, et les acheteurs testent d’abord la réponse des marchés sur les rouges et les rosés avant de se lancer sur ce créneau », assure-t-il.

Une IGP socle, complémentaire à l’IGP pays d’oc

Ludovic Roux et Jean-Marie Fabre ont rappelé que la star locale, l’IGP pays d’oc, n’avait pas de raisons de se sentir en danger puisque la toute jeune IGP terres du midi est positionnée à 100 % sur l’assemblage sans mention de cépage. « Terres du midi est le bas de la pyramide de l’offre régionale. Nous souhaitons en faire une marque collective forte qui sécurise les marchés en garantissant un approvisionnement régulier et de qualité », indique Ludovic Roux. Les deux IGP sont par ailleurs regroupées sous la même bannière au sein de l’interprofession Interoc, qui orchestrera des actions de promotion communes. Côté débouchés, la contractualisation sur plusieurs années est encouragée, « car il n’y a rien de pire que l’incertitude des marchés », et prend doucement forme. À date, les cours s’établissent autour de 75€/hl pour le rouge et 80€/hl pour le rosé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Jean-Michel Boursiquot : « Les variétés résistantes issues d’hybridations interspécifiques ne peuvent pas être considérées comme des cépages de Vitis vinifera"
Suite au statut de Vitis vinifera confirmé pour les variétés résistantes Inrae-ResDur par l’Office communautaire des variétés…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Grégoire tracteur enjambeur GS4 Réussir Machinisme
[VIDEO] - Grégoire - Le tracteur enjambeur GS4 succède aux G4
Grégoire renouvelle son offre de tracteurs enjambeurs polyvalents pour vignes étroites, en commençant avec le GS4.4. 
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole