Aller au contenu principal

Nikko HY40, le chenillard télécommandé

Le constructeur Faupin a modifié un chenillard pour le rendre pilotable à distance dans les vignes étroites.

Depuis cet hiver, l'entreprise Faupin réalise des tests avec un chenillard HY 40 piloté à distance. À l’origine de ce prototype, la volonté de sécuriser l’opérateur des aérosols et vapeurs de produits phytosanitaires en le tenant à distance. « Le chenillard Nikko HY40 est conçu pour évoluer dans les vignes étroites, explique Alexandre Faupin, dirigeant de la société éponyme. Seulement, avec une largeur maximale de 90 cm, il n’y avait pas la place d’y installer une cabine pressurisée de catégorie 4, pour protéger l’opérateur, comme c’est le cas sur le modèle plus gros. » Il fallait donc trouver une autre solution : maintenir le conducteur à distance.

Le constructeur a donc dans un premier temps choisi de piloter le chenillard à distance. Le conducteur bénéficie de commandes radio qui permettent de faire avancer et de diriger l'engin, mais également de piloter les différents distributeurs. Pour une conduite plus précise, une caméra est placée à l’avant de l’engin et communique via wifi avec un écran, pouvant être monté sur des lunettes, sauf pour les personnes qui souffrent de problèmes d’oreille interne. « L’opérateur visualise très bien comment le chenillard est positionné dans l’interrang, poursuit Alexandre Faupin. On peut très bien l’imaginer confortablement installé au chaud dans la fourgonnette, pendant que le chenillard évolue dehors. »

Deuxième étape : automatiser la conduite. Le prototype a été équipé d’un laser, qui détecte les pieds de vigne et centre l’engin dans l’interrang. En outre, un GPS RTK, d’une précision centimétrique, assure les demi-tours automatiques.

« La troisième étape consistera à intégrer un module pour entièrement automatiser le chenillard, ajoute Alexandre Faupin. L’opérateur déplacera l’engin de parcelle en parcelle, initialisera le travail et ne reviendra le récupérer que quand le travail sera effectué. »

Supplanter les hélicoptères dans les pentes les plus fortes

Le constructeur bourguignon annonce déjà cinq appareils à son carnet de commandes, dont trois à destination de l’Australie. D’autres vignobles, comme la Bourgogne et la Champagne, se sont montrés intéressés pour évoluer les pentes les plus fortes, là où avions et hélicoptères évoluaient autrefois pour la pulvérisation.

L’intégration des différents équipements d’automatisation est réalisée chez Faupin. « Les chenillards arrivent chez nous pas tout à fait terminés et nous nous occupons d’installer les différents modules, explique Alexandre Faupin. Mais nous pouvons également équiper des modèles déjà en fonction. » Compter tout de même un surcoût de 10 000 euros, rien que pour le télépilotage.

Le dirigeant entend par la suite équiper d’autres engins de cette technologie, à commencer par les enjambeurs.

Le saviez-vous ?

Les chenillards Niko distribués en France par Faupin ne sont disponibles qu’en France sous les caractéristiques qu’on leur connaît. « Nous sous-traitons la construction à un industriel italien, explique Alexandre Faupin. Mais ils répondent à un cahier des charges que nous avons nous-mêmes défini et qui correspond aux besoins de notre marché."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Le réglage de la profondeur de travail et le centrage sont déterminants pour optimiser le désherbage mécanique. © IFV
Les clés pour réussir le désherbage mécanique en vigne
Adopter le désherbage mécanique du cavaillon est beaucoup plus qu’une simple substitution de technique. Il s’agit d’élaborer une…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole