Aller au contenu principal
Font Size

Mieux répondre aux attaques sur les phytos

Les malaises ressentis par des enfants d’une école du blayais, en avril dernier, relancent le débat sur la co-existence des vignobles et des zones périurbaines, et plus largement l’action politique autour des pesticides.

En zone 
périurbaine, 
les vignes 
touchent 
souvent les habitations.
Créer des zones tampon est une 
solution 
proposée par la profession.
En zone
périurbaine,
les vignes
touchent
souvent les habitations.
Créer des zones tampon est une
solution
proposée par la profession.
© P. Cronenberger

L’intoxication des enfants de l’école de Villeneuve dans le Blayais suite à des traitements réalisés à proximité de leur école n’est que la partie émergée de l’iceberg : avec les urbains qui sont de plus en plus nombreux à s’installer dans les vignobles, nombre de viticulteurs doivent faire face à des pressions. “ Nous allons nous organiser pour mieux transmettre les messages aux vignerons sur les bonnes pratiques de traitements. Mais il faut aussi que la réglementation en matière d’urbanisme tienne compte de la pré-existence de vignobles. Lors de l’implantation de nouveaux ensembles urbains, il n’est plus question que des zones tampons ne soient pas prévues pour séparer les zones d’habitation des vignobles ”, martèle Bernard Farges, président de l’interprofession des vins de bordeaux.


Fixer des limites maximales de résidus


Ce type d’événements peut avoir des conséquences dommageables pour la filière. En témoigne, l’annonce par la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, de son intention d’interdire les traitements phytosanitaires à moins de 200 mètres des écoles. “ Il faut tenir compte de l’enjeu d’une culture qui est fragile et qui nous impose des pratiques de protection. Regardons l’histoire du lieu et si la vigne était là avant l’école. Mettons-nous autour de la table et discutons sur des textes formels et non idéologiques ”, commente Bernard Farges. Ce dernier veut aussi relancer le sujet des limites maximales de résidus. “ Un travail doit être mené sur cette question, on ne peut pas nous reprocher sans cesse la présence de phytosanitaires dans les vins en prenant le seuil de zéro car il n’existe pas de limite officielle. ” Enfin, selon l’ancien président du CNIV, Jean-Louis Salies, le CNIV, Vin et Société et l’IFV seraient prêts à mettre en œuvre un travail concerté afin de mieux répondre à toutes les thématiques environnementales liées aux produits phytosanitaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
Pour les prochaines vendanges, la MSA recommande notamment d' éviter le travail face à face, d'organiser les départs en décalé et que chaque salarié conserve son seau et son sécateur pour l’utilisation, l’entretien et le nettoyage.  © J.- C. Gutner
Préparer les vendanges en contexte Covid
Dans le contexte sanitaire actuel, l’organisation des vendanges devra sans doute être adaptée pour prendre en compte le risque de…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole