Aller au contenu principal

Cru Banyuls
Lutte par attraction contre le vespère

Après dix ans d´expérimentation, le Groupement de développement agricole (GDA) du cru banyuls lance à grande échelle, la lutte par attraction contre le vespère.


Il s´agit du coléoptère Vesperus Xatarti dont les larves se nourrissent des racines de la vigne, ce qui conduit à plus ou moins brève échéance, à la mortalité de la souche. « Jusqu´à présent, nous n´avions aucun moyen de lutte contre le vespère. La désinfection des sols étant impossible, faute de mécanisation dans nos vignobles de coteaux », indique Marc Guisset, technicien au GDA.
Cet insecte est présent dans certains vignobles des Pyrénées-Orientales, de l´Aude et en Espagne. « La présence de cet insecte a conduit dans certains cas à l´abandon de parcelles. »
Des pièges pour mâles avant qu´ils ne fécondent
L´objectif de la lutte par attraction est de capturer les mâles attirés dans des piéges grâce à une phéromone, le Vespéral, avant qu´ils aient pu féconder les femelles.
Le Vespéral a été mis au point par le laboratoire des médiateurs chimiques de l´Inra, dirigé par Charles Descoins. « Après plusieurs années de test, nous disposons cette année de suffisamment de capsules de Vespéral pour traiter trois cents hectares. »
Cinq piéges contenant deux capsules sont installés par hectare.
Le coût du traitement est de 102 euros par hectare. « Ce qui est un prix abordable. Sachant que la lutte sera d´autant plus efficace qu´elle sera collective. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les vendeurs de phyto ne peuvent officiellement plus vous conseiller depuis le 1er janvier
Désormais la loi interdit aux fournisseurs de produits phytosanitaires de jouer le rôle de conseil tel qu'il existait jusqu'à…
L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole