Aller au contenu principal

Pigeons vignerons ?
L'inquiétude grandit sur les crédits OCM

Aucune solution n'a, pour l'instant, été donnée par le ministère de l'agriculture pour éviter que 40 millions d'euros ne retournent dans les caisses à Bruxelles.

Jérome Despey, président du Conseil spécialisé vin, a dit son inquiétude et appelle à une "grande détermination et une mobilisation du gouvernement français. Je pense que le ministre doit se mobiliser davantage que ce qui a été fait"
Jérome Despey, président du Conseil spécialisé vin, a dit son inquiétude et appelle à une "grande détermination et une mobilisation du gouvernement français. Je pense que le ministre doit se mobiliser davantage que ce qui a été fait"
© JC Gutner

40 millions d'euros, issus de l'enveloppe OCM, sont toujours susceptibles de repartir à Bruxelles au 15 octobre prochain, une pillule difficile à avaler pour les producteurs. La situation est d'autant plus préoccupante que seuls 100 millions d'euros avaient été décaissés au 13 juin, sur les 280,3 millions prévus.


Au lendemain du Conseil spécialisé vin de FranceAgriMer, Jérome Despey, son président, a dit son inquiétude et appelle à une "grande détermination et une mobilisation du gouvernement français. Je pense que le ministre doit se mobiliser davantage que ce qui a été fait". Le ministère n'aurait appris la situation qu'il y a une quinzaine de jours malgré les différentes alertes données par les professionnels ces derniers mois.


La solution, proposée, est de relever le taux d'avancement des aides de 20% à 50%, ce qui permettrait de décaisser les 40 millions d'euros. Ce taux avait déjà été pratiqué en 2009 et 2010. Cette modification doit recevoir l'aval de Bruxelles et la DG Budget semble assez hermétique à l'autoriser.


D'autres pistes sont évoquées comme permettre aux structures porteuses de la restructuration de verser les aides aux viticulteurs, au lieu de réaliser les versements de manière individuelle. L'objectif de cette avance globale est d'accroître la vitesse de décaissement. Les professionnels ont également suggéré de verser la totalité de l'aide de restructuration et non le montant annuel. La proposition avait été formulée dès février auprès de FranceAgriMer et avait été refusée pour des raisons "juridiques et des éléments de risques liés à la non réalisation des plantations" explique un représentant professionnel. Cette proposition a reçu une fin de non recevoir.

Une autre demande est de relever le taux de financement de la mesure investissement de 35 à 40%, ce qui permettrait de décaisser 3 à 4 millions d'euros supplémentaires. FranceAgriMer étudie également la possibilité d'ouvrir une nouvelle mesure investissement liée à des investissements de commercialisation. Il s'agit d'aider, par exemple, à la création de plateforme logistique.

Cette problématique du décaissement fait ressurgir la question de la pérennité de l'OCM vitivinicole. Sa difficulté de gestion pourrait conduire l'administration et la Commission à remettre sur le tapis les Droits à paiement de base, dont la gestion est beaucoup simple et moins coûteuse. Et Jérôme Despey d'indiquer : "les professionnels se posent la question de la volonté d'un retour aux DPB. Le ministre a toujours dit sa volonté de protéger l'OCM, j'aimerais que le ministre ne lâche pas ce point de vue".



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole