Aller au contenu principal

Conjoncture
Les volumes ne s’écoulent pas

Viniflhor n’hésite pas à parler de sa forte inquiétude face à la quasi absence de mouvement sur les marchés.

Les supermarchés écoulent leur stocks, les négociants aussi, du coup des commandes à la production sont limitées.
Les supermarchés écoulent leur stocks, les négociants aussi, du coup des commandes à la production sont limitées.
© P. Cronenberger

Les retiraisons sont bloquées. C'est le constat inquiétant qu'a tiré le conseil vin de Viniflhor à la mi-mars. Cette baisse de commercialisation des volumes concerne l'ensemble des vins et les chiffres donnent froid dans le dos. Par rapport à 2008, les vins de table rouges baissent de 34%, les vins de pays rouges reculent de 23%. Pour les vins de table blancs, le retrait est de 20% et de 14% pour les vins de pays blancs. Quant aux prix, ils sont stables ou en légère hausse, mais ne permettent pas de compenser la baisse des volumes. « Les possibilités de rattrapage sur la fin de campagne sont réduites et la baisse de commercialisation est irréversible » s'inquiète Viniflhor.
Plusieurs explications sont données à cette situation que certains qualifient de catastrophique. L'export connaît toujours des difficultés structurelles avec des volumes qui ont diminué de 10,5% en 2008. « Avec la crise financière, les assurances crédit sont très frileuses à assurer la couverture des exportations. C'est un problème colossal car certaines transactions sont abandonnées. D'autres se font mais sans couverture » s'alarme Bernard Farges, président des Bordeaux et Bordeaux Supérieurs. Par ailleurs, les distributeurs à tous maillons de la chaîne (GMS, restaurateurs, négociants) destockent  sans procéder à des achats chez les producteurs. Cet écoulement des stocks s'expliquent notamment par la frilosité des banques à les financer. Enfin, 2008 a connu une hausse des importations, notamment d'Espagne, de 6% en volumes. Les causes ne sont pas claires, mais « comme il n'y a pas de hausses des exportations, ceux sont des volumes qui viennent s'ajouter sur le marché intérieur » indique Viniflhor.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole