Aller au contenu principal

Les vins de Graves lancent un label trois en un

Le syndicat viticole des Graves vient de créer la marque collective « Ambassadeur de Graves », qui sera active à partir de juin 2021. Différents critères de sélection sur les pratiques environnementales et oenotouristiques constituent le cahier des charges, mais le dernier mot est donné au consommateur via la dégustation. Une démarche inédite dans le monde du vin. 

Dominique Guignard, président du syndicat viticole des Graves : " Bien que nos appellations portent le nom de notre sol, elles manquent de lisibilité auprès des consommateurs."
© SYNDICAT VITICOLE DES GRAVES

« Ambassadeur de Graves », c’est le label que certains vins de l’AOC graves arboreront à partir de juin 2021. Portée par le syndicat viticoles des Graves, cette marque collective est le fruit d’une réflexion initiée il y a six ans. « En 2014, nous avons réalisé un audit auprès de nos adhérents afin d’identifier les points forts et les points faibles de nos appellations », raconte Dominique Guignard, président du syndicat viticole des Graves.  « Il en est ressorti que notre gamme manquait de lisibilité, et qu’il existait une sorte de plafond de verre qui cloisonne nos vins en dessous d’un certain prix, peu importe leur niveau d’excellence », poursuit le président.

Lire aussi " 15 M€ supplémentaires d’ici 2022 pour le « Fonds avenir bio »"

L’environnement et l’œnotourisme comme critères de sélection

Le syndicat imagine alors un label capable de valoriser à lui seul l’ensemble des engagements pris par les producteurs pour élaborer un vin de qualité, alors que les obligations règlementaires sont perçues par les producteurs comme des contraintes et non des atouts. Au-delà du respect des cahiers des charges des appellations, le pilier environnemental est le premier critère de sélection. « Les vins labellisés Ambassadeurs de Graves sont obligatoirement certifiés Haute Valeur Environnementale, bio, biodynamie ou ISO 14001 », développe Mayeul L’Huillier, directeur du syndicat. La qualité de l’accueil au domaine est un second critère de sélection. « Le consommateur veut pouvoir visiter le lieu où le vin est produit, et veut être sûr d’y être bien accueilli », complète le directeur. Le label Vignobles et Découverte est donc également un pré-requis pour les Ambassadeurs. « Il y a de nombreux domaines qui ont mis des choses intéressantes en place pour accueillir des visiteurs sans pour autant être certifiés. On espère que notre marque collective les incitera à franchir le cap », expose Dominique Guignard. L’organisme QB vérification est chargé de contrôler ces aspects-là.

Lire aussi " Les députés ont validé le crédit d’impôt Haute valeur environnementale "

Une validation finale qui revient aux consommateurs

Dernière épreuve à passer pour les Ambassadeurs de Graves, la dégustation. Et plutôt deux fois qu’une. « Il y a d’abord une première sélection faite par les vignerons adhérents au syndicat afin de fixer un niveau plancher », explique Dominique Guignard. Dans un second temps, et c’est une première dans le monde du vin, les vins sont soumis à un panel de consommateurs formés par l’institut Techni’Sens, spécialisé en analyse sensorielle. « C’était important de mettre le consommateur au centre de notre dispositif, afin qu’il puisse nous guider vers l’excellence », commente Mayeul L’Huillier.

L’identité visuelle de ce nouveau label est en cours de finalisation, alors que le premier palmarès des Ambassadeurs sera dévoilé fin juin prochain. Les premiers millésimes concernés par le label sont 2019 pour les AOC graves rouge et moelleux et 2020 pour l’AOC graves blancs secs.     

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Dans le cadre du rachat du groupe Soufflet, Soufflet Vigne va rentrer dans le giron du groupe coopératif InVivo dont la filiale InVivo Wine poursuit une stratégie de développement de marques mondiales.  © E. Brugvin
Soufflet Vigne en passe de changer de propriétaire
InVivo et Soufflet ont annoncé mi janvier « entamer des négociations exclusives en vue d’un rapprochement ». L’ensemble…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole