Aller au contenu principal

Les vendeurs de phyto ne peuvent officiellement plus vous conseiller depuis le 1er janvier

Désormais la loi interdit aux fournisseurs de produits phytosanitaires de jouer le rôle de conseil tel qu'il existait jusqu'à maintenant. Les nouvelles modalités pratiques sont encore en train de se mettre en place.

Les produits phyto seront désormais vendus sans le conseil, si ce n'est les recommandations d'usage.
© C. de Nadaillac

Depuis le 1er janvier 2021 est entré en application le décret sur la séparation de la vente et du conseil de produits phytosanitaires. L’objectif de ce décret, issu de la loi Egalim de 2018, est de garantir l’indépendance du conseil délivré aux agriculteurs et d’éviter les conflits d’intérêts. Du côté des distributeurs, il stipule que les entreprises sont dorénavant obligées de se positionner soit sur la vente, soit sur le conseil. Votre fournisseur ne peut donc plus vous faire de programme de traitement. S'il ne peut pas vous faire de recommandation écrite, le contexte reste flou sur la possibilité de vous prodiguer des conseils à l'oral. Du côté des utilisateurs (agriculteurs), le décret introduit l’obligation d’un conseil stratégique, pluriannuel et individualisé. Pour les besoins ponctuels, la loi demande à ce que soit fait un conseil dit "spécifique" réalisé par une chambre d'agriculture ou un conseiller indépendant. Elle stipule que ce type de conseil « est formalisé par écrit et précise la substance active ou la spécialité recommandée, la cible, la ou les parcelles concernées, la superficie à traiter, la dose recommandée et les conditions d’utilisation », et s’accompagne de justifications.

Lire aussi: Les modalités de séparations entre la vente et le conseil phyto

Concernant le conseil stratégique, fondé sur un diagnostic de l’exploitation, les décideurs des entreprises utilisatrices de phyto devront attester de la délivrance du conseil lors du renouvellement de leur Certiphyto, à hauteur de 2 conseils stratégiques par période de 5 ans minimum. Ne sont pas soumises en revanche à ce conseil stratégique les entreprises qui sont certifiées bio ou en cours de conversion. Idem pour les entreprises certifiées HVE, ou celles qui n’utilisent que des produits de biocontrôle, substances de base ou substances à faible risque. Il est à noter également que les microentreprises ne sont pas visées par ce décret, et bénéficient d’un délai jusqu’en 2024. Le décret pérennise par ailleurs le dispositif jusqu’alors expérimental des certificats d’économie de produits phytopharmaceutiques (CEPP) et accélère son déploiement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole