Aller au contenu principal

Les traitements par hélicoptère vivent leurs derniers instants

Un projet de décret visant à encadrer les dérogations de traitement par hélicoptère pourrait mettre un point final à une pratique interdite par une directive européenne datant de 2009.

En 2013, seuls 2131 hectares de vignes ont été traités par hélicoptère.
En 2013, seuls 2131 hectares de vignes ont été traités par hélicoptère.
© J.-C. Gutner

Les traitements par hélicoptère sont réduits à peau de chagrin en France depuis qu’une directive européenne de 2009 (reprise par le Grenelle 2) pose le principe de leur interdiction tout en y associant la possibilité d’y déroger dans certains cas particuliers et sous conditions. Un projet de décret encadrant ces dérogations pourrait bien mettre un point final à la pratique puisqu’il prévoit leur interdiction pure et simple à partir du 31 décembre 2015.


Rocambolesque


L’interdiction est déjà presque de mise. Ainsi, en côte rotie, les traitements aériens ont été stoppés suite au blocage mystérieux de l’homologation de produits phytosanitaires (ces derniers  doivent obtenir une homologation spécifique à ce mode de traitement). « Nous avons déposé un dossier d’homologation en 2012, l’Anses l’a validé », indique Gilles Barge (1). Mais stupeur : en 2013, à la veille de traiter, il s’aperçoit qu’il manque une signature du ministère de l’Agriculture. Selon lui, cette signature n’a toujours pas été apposée un an après. L’incompréhension est d’autant plus forte que la demande d’homologation concerne des produits bio (hélio cuivre et hélio soufre). Gilles Barge estime qu’il faut trente hommes armés de pulvérisateurs à dos pour traiter la même surface sur la même durée que l’hélicoptère. « Avec les équipements de protection et masque, sous quarante degrés, c’est très difficile à supporter. » La tentation risque d’être forte de faire l’impasse et au final c’est l’homme qui pourrait être la première victime de cette mesure de protection de l’environnement. En 2013, seuls 2 131 hectares de vignes ont été traités par voie aérienne, soit à peine 0,2 % des vignes françaises… Pas sûr que l’interdiction ait un réel effet environnemental !


(1) Président de l’odg côte rotie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Jean-Michel Boursiquot : « Les variétés résistantes issues d’hybridations interspécifiques ne peuvent pas être considérées comme des cépages de Vitis vinifera"
Suite au statut de Vitis vinifera confirmé pour les variétés résistantes Inrae-ResDur par l’Office communautaire des variétés…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole