Aller au contenu principal
Font Size

En pratique
Les sarments en symbiose avec l’environnement

Traditionnellement brûlés suite à la taille, les sarments s’inscrivent désormais au sein de nouvelles préoccupations agronomiques et environnementales.

Le compost de sarment apparaît comme un source de fertilisation homogène et qualitative
Le compost de sarment apparaît comme un source de fertilisation homogène et qualitative
© Souslikoff

« Les sarments sont une source d'humus trop souvent gaspillée alors qu'avec une production annuelle de 2 à 4 t/ha, sur la base de 170 kg d'humus par tonne, cela correspond à 300 à 600 kg/ha d'humus potentiel. Ils pourraient ainsi compenser la moitié des pertes générées par la minéralisation » explique Maxime Christen, de la Chambre d'agriculture de la Gironde. Face à ce constat, deux voies sont envisageables, le broyage directement après la taille ou le compostage.

Broyage, investissements faibles mais limites agronomiques

Le broyage des sarments se présente comme une solution simple à mettre en œuvre et relativement peu coûteuse avec un investissement matériel limité à un broyeur (environ 2 000 à 8 000 euros HT) mais, souligne Maxime Christen, « cette solution ne permet pas d'avoir une approche parcellaire au niveau de la fertilisation en fonction des besoins car au final, ce sont les parcelles les plus vigoureuses qui reçoivent le plus de sarments ».

Compostage, investissements plus élevés pour une approche intégrée

Le compost de sarments apparaît comme une source de fertilisation plus homogène et qualitative (riche en humus et pauvre en azote). Elle permet de s'adapter aux besoins de la parcelle. En revanche, précise Maxime Christen, les investissements sont plus lourds (plate-forme de compostage, ramassage et broyage des sarments, arrosage et retournement des tas, épandage) et les besoins en main d'œuvre élevés même si des systèmes automatisés se développent.
Pour réduire les coûts, la chambre d'agriculture de la Gironde travaille dans deux directions, l'utilisation des effluents vinicoles et des effluents phytosanitaires pour l'arrosage du compost. L'utilisation des effluents vinicoles lors du compostage, permettrait de stimuler les microorganismes responsables du compostage. Mais les volumes nécessaires peuvent être supérieurs aux besoins lors de la fabrication du compost (3 m3 par m3 de déchets), ce qui suppose de gérer un stock tampon.
Pour l'utilisation des effluents phytosanitaires, des expérimentations ont été conduites afin de vérifier la toxicité du compost. Les premières conclusions sur la dégradation des matières actives sont encourageantes ce qui permettra de présenter un dossier en 2009 auprès du Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable afin de faire valider le compostage comme une solution intégrée permettant l'entretien organique des sols et le traitement des effluents.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
Pour les prochaines vendanges, la MSA recommande notamment d' éviter le travail face à face, d'organiser les départs en décalé et que chaque salarié conserve son seau et son sécateur pour l’utilisation, l’entretien et le nettoyage.  © J.- C. Gutner
Préparer les vendanges en contexte Covid
Dans le contexte sanitaire actuel, l’organisation des vendanges devra sans doute être adaptée pour prendre en compte le risque de…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole