Aller au contenu principal

En pratique
Les sarments en symbiose avec l’environnement

Traditionnellement brûlés suite à la taille, les sarments s’inscrivent désormais au sein de nouvelles préoccupations agronomiques et environnementales.

Le compost de sarment apparaît comme un source de fertilisation homogène et qualitative
Le compost de sarment apparaît comme un source de fertilisation homogène et qualitative
© Souslikoff

« Les sarments sont une source d'humus trop souvent gaspillée alors qu'avec une production annuelle de 2 à 4 t/ha, sur la base de 170 kg d'humus par tonne, cela correspond à 300 à 600 kg/ha d'humus potentiel. Ils pourraient ainsi compenser la moitié des pertes générées par la minéralisation » explique Maxime Christen, de la Chambre d'agriculture de la Gironde. Face à ce constat, deux voies sont envisageables, le broyage directement après la taille ou le compostage.

Broyage, investissements faibles mais limites agronomiques

Le broyage des sarments se présente comme une solution simple à mettre en œuvre et relativement peu coûteuse avec un investissement matériel limité à un broyeur (environ 2 000 à 8 000 euros HT) mais, souligne Maxime Christen, « cette solution ne permet pas d'avoir une approche parcellaire au niveau de la fertilisation en fonction des besoins car au final, ce sont les parcelles les plus vigoureuses qui reçoivent le plus de sarments ».

Compostage, investissements plus élevés pour une approche intégrée

Le compost de sarments apparaît comme une source de fertilisation plus homogène et qualitative (riche en humus et pauvre en azote). Elle permet de s'adapter aux besoins de la parcelle. En revanche, précise Maxime Christen, les investissements sont plus lourds (plate-forme de compostage, ramassage et broyage des sarments, arrosage et retournement des tas, épandage) et les besoins en main d'œuvre élevés même si des systèmes automatisés se développent.
Pour réduire les coûts, la chambre d'agriculture de la Gironde travaille dans deux directions, l'utilisation des effluents vinicoles et des effluents phytosanitaires pour l'arrosage du compost. L'utilisation des effluents vinicoles lors du compostage, permettrait de stimuler les microorganismes responsables du compostage. Mais les volumes nécessaires peuvent être supérieurs aux besoins lors de la fabrication du compost (3 m3 par m3 de déchets), ce qui suppose de gérer un stock tampon.
Pour l'utilisation des effluents phytosanitaires, des expérimentations ont été conduites afin de vérifier la toxicité du compost. Les premières conclusions sur la dégradation des matières actives sont encourageantes ce qui permettra de présenter un dossier en 2009 auprès du Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable afin de faire valider le compostage comme une solution intégrée permettant l'entretien organique des sols et le traitement des effluents.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
3 conseils pour vinifier en rouge à partir de vignes gelées
Lors d’un webinaire le 22 juin dernier, l’ICV livrait ses conseils pour vinifier des raisins de qualité très hétérogène,…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
L’Alouette lulu aime se percher sur des piquets de vigne. © A. Bossus
L’Alouette lulu, oiseau emblématique des vignobles
Cette alouette se repère au printemps grâce à son chant, « lululu », qui lui a valu son nom. Des mesures de préservation peuvent…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole