Aller au contenu principal

20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel

Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du milliard annoncé par Jean Castex une semaine après l’épisode de gel. Plafonnée à 5000 € par exploitation, l’aide s’adresse aux structures les plus en difficulté.  

L'aide d'urgence allouée aus préfets s'adresse en priorité aux exploitations les plus fragiles.
© J.GRAVÉ

Le 21 avril, le cabinet du ministre de l’Agriculture indiquait qu’une aide d’urgence serait allouée aux préfets pour accompagner les exploitations les plus sinistrées par le gel, dans un contexte économique déjà dégradé par la pandémie de la Covid-19. Un note publiée au bulletin officiel du ministère de l’Agriculture le 3 mai en précise le montant. Ce sont donc 20 millions d’euros (M€) ventilés par région qui sont alloués aux préfets de département. Ils sont destinés « aux exploitations en extrême difficulté touchées par le gel et dont la trésorerie ne permet plus de faire face aux dépenses immédiates nécessaires à la poursuite de l’activité et aux besoins essentiels du foyer », précise la note.

Lire aussi " Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique "

Toutes les exploitations agricoles affectées sont éligibles

Toutes les exploitations agricoles affectées par l’aléa climatique sont éligibles à l’aide forfaitaire plafonnée à 5000€ par exploitation, à l’exception des entreprises concernées par une procédure de liquidation judiciaire. « Les entreprises faisant l’objet d’une procédure de sauvegarde ou de redressement judiciaire doivent disposer d’un plan arrêté par le tribunal de commerce au moment du paiement pour disposer de la mesure d’aide », indique le Ministère.

crédit gel

Le montant attribué à chaque exploitation en ayant fait la demande sera décidé par les préfets de département. Les préfets de région sont libres d’ajouter des critères de priorisation comme les estimations de perte de récolte, à condition qu’ils soient « équitables, transparents et justifiables au regard du cadre juridique européen ». Le ministère de l’Agriculture demande qu’une « attention particulière soit portée aux exploitants et jeunes agriculteurs récemment installés », ainsi qu’aux exploitations ayant déjà signalé des pertes « en raison d’aléas climatiques sévères ces dernières années ».

Une réserve nationale complémentaire en cas d’épuisement de l’enveloppe

Les régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie obtiennent l’aide la plus conséquente avec chacune 3,5 M€, suivies de la région PACA avec 3 M€. En cas d’épuisement de l’enveloppe avant d’avoir pu répondre à l’ensemble des demandes, les préfets de région pourront solliciter un crédit complémentaire via la réserve nationale, également dotée de 20 M€.

Cette mesure d’urgence s’inscrit dans le cadre du milliard d’euros annoncé par Jean Castex quelques jours après la vague de gel historique. Des mesures exceptionnelles et conjoncturelles ont également été annoncées, mais leurs dimensions n’ont pas encore été précisées.

 

Lire aussi " La réforme de la gestion du risque en agriculture passe par « un regain de solidarité nationale » "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Jean-Michel Boursiquot : « Les variétés résistantes issues d’hybridations interspécifiques ne peuvent pas être considérées comme des cépages de Vitis vinifera"
Suite au statut de Vitis vinifera confirmé pour les variétés résistantes Inrae-ResDur par l’Office communautaire des variétés…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Guillaume Casanove, Gilles et Romain Lacroix, François Tissot et Alain Dourthe (de gauche à droite) travaillent de concert pour mettre en application la méthode Géophile au Mas des Boutes. © X. Delbecque
« La vigne a rapidement réagi à la méthode Géophile »
À Tresques, dans le Gard, les domaines Bernard Perret se sont lancés dans la méthode Géophile. Une approche globale de la vigne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole