Aller au contenu principal

Innovation variétale
Les hybrides au centre des débats du congrès des pépiniéristes

Encore trois ans avant que la pépinière puisse espérer multiplier des hybrides résistants d'obtention française, alors qu'un hybride français est prêt. De quoi susciter l'incompréhension. L'Inra s'est expliqué de ses choix lors du congrès des pépiniéristes.

Christian Huyghe, directeur scientifique 
à l'Inra :  " À l'heure actuelle, nous ne savons pas quels sont les gènes de résistance utilisés par les hybrides étrangers. "
Christian Huyghe, directeur scientifique
à l'Inra : " À l'heure actuelle, nous ne savons pas quels sont les gènes de résistance utilisés par les hybrides étrangers. "
© Bertrand Nicolas/Inra/archives

La France n'est pas à un paradoxe près. Tandis que les viticulteurs français peuvent planter des hybrides résistants mono-géniques (qui ne contiennent qu'un seul gène de résistance) issus de sélections étrangères, les pépiniéristes français ne peuvent en cultiver pour les commercialiser. Il a été décidé que ces variétés ne seraient pas multipliées en France. L'Inra a, par ailleurs, choisi de ne pas mettre en pré-multiplication son obtention hybride mono-génique, qui est pourtant prête à l'emploi. Pourquoi tant de précautions ? L'Inra considère que les hybrides mono-géniques peuvent introduire des résistances chez les pathogènes et ce, très rapidement. Du coup, une plantation de vigne pourrait ne plus être résistante au moment où elle est en pleine production. Seulement deux gènes de résistance " forts " ont été identifiés. Si ces gènes étaient contournés par les champignons du mildiou ou de l'oïdium, il n'y aurait plus de ressources génétiques pour créer de nouvelles résistances. " Les viticulteurs et leurs enfants n'auraient plus d'autres options que de continuer à utiliser les produits phytosanitaires ", a expliqué Christian Huyghe, directeur scientifique à l'Inra, durant le congrès des pépiniéristes qui s'est tenu du 27 au 29 août 2013 . L'Inra et l'administration préfèrent limiter l'utilisation de ces hybrides et faire attendre la profession viticole jusqu'en 2016, année où le centre de recherche proposera un hybride résistant poly-génique (entendez avec plusieurs gènes de résistance, donc davantage pérenne).


L'innovation contrariée


Bien que les pépiniéristes comprennent les arguments scientifiques avancés, ils restent circonspects. Pourquoi alors autoriser la plantation d'hybrides résistants mono-géniques venus d'Allemagne et de Suisse ? N'y a-t-il pas un moyen d'interdire leur importation ? " La France ne peut prendre une telle décision sans se faire reprocher l'instauration d'une barrière non-tarifaire. Il faudrait que la profession viticole demande collectivement à avoir des informations sur les gènes utilisés et décide de ne pas les utiliser. À l'heure actuelle, nous ne savons pas quels sont les gènes de résistances utilisés par les hybrides étrangers ", regrette Christian Huyghe. En attendant, les pépiniéristes se lamentent. En perte de vitesse, notamment à l'export dont le chiffre d'affaires a baissé de 50 millions d'euros en dix ans, l'innovation est leur seul recours pour espérer maintenir leur activité. Certains pensent d'ailleurs à une délocalisation, d'autant que les règlementations françaises et le coût de la main-d'oeuvre sont les facteurs essentiels de la perte de compétitivité du secteur...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole