Aller au contenu principal

Oïdium
Les enseignements de l'enquête lancée par Syngenta

Face à la forte pression de l’oïdium cette année, Syngenta a lancé une enquête auprès des vignerons afin de recueillir leur sentiment et de mieux répondre à leurs attentes. Les résultats de cette enquête confirment que 2012 aura été, de ce point de vue, une année historique.

Les attaques d’oïdium ont eu lieu majoritairement sur grappes pour 87% des répondants et plus de 1 viticulteur sur 3 (37 %) a eu une intensité d’attaque supérieure à 15 %
Les attaques d’oïdium ont eu lieu majoritairement sur grappes pour 87% des répondants et plus de 1 viticulteur sur 3 (37 %) a eu une intensité d’attaque supérieure à 15 %
© ITV

Plus de 75% des vignerons interrogés au cours de cette enquête affirment avoir eu des difficultés à gérer la maladie. « La pression de la maladie a été très forte dans la plupart des vignobles et la lutte a souvent été difficile », note Edith Tusseau, chef de produits vigne chez Syngenta.

Les attaques d’oïdium ont eu lieu majoritairement sur grappes pour 87% des répondants et plus de 1 viticulteur sur 3 (37 %) a eu une intensité d’attaque supérieure à 15 %, seuil à partir duquel les défauts organoleptiques dans les vins deviennent rédhibitoires.

Selon les viticulteurs, un démarrage plus précoce et une meilleure qualité de la pulvérisation sont des éléments clés dans la lutte contre l’oïdium. En effet, les contaminations primaires d’oïdium sont très difficiles à détecter et l’utilisation de modèles est peu répandue. Cela rend le démarrage de la protection difficile. Par ailleurs, un pulvérisateur bien réglé et une pulvérisation fine et soignée face par face permettent d’optimiser l’efficacité d’un traitement. Syngenta a également interrogé les vignerons sur les demandes d’information concernant l’oïdium. Ils souhaitent ainsi connaître en priorité la date du premier traitement, la cadence de renouvellement des traitements, les moyens de lutte et la situation de résistance des matières actives présentes sur le marché. « Afin d’éviter qu’une année comme 2012 ne se reproduise, nous allons être plus présents auprès des viticulteurs en les informant au mieux sur la maladie grâce notamment au dossier oïdium en ligne sur notre site internet. Des journées de formation pour les viticulteurs seront organisées prochainement pour faire un état des connaissances sur la maladie, les moyens de lutte et les solutions existantes pour protéger la vigne », indique Edith Tusseau. De nouvelles solutions pour renforcer la lutte contre l’oïdium de la vigne sont également attendues. Dès 2013, ces innovations pourront pleinement s’intégrer dans les nouveaux programmes de lutte anti-oïdium, ajoute Edith Tusseau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Glyphosate : seuls les usages sur le cavaillon et dans les parcelles non-mécanisables seront maintenus en vigne
Après trois ans de suspense, les conditions de restriction du glyphosate sont enfin précisées. Il restera autorisé dans les…
L'élévateur de vendange a remplacé six porteurs.  © Alabeurthe
[VIDEO] Un tapis élévateur pour mécaniser la vendange manuelle
Depuis 2019, Michel Laroche est équipé d’un tapis élévateur sur tracteur enjambeur pour remplacer les porteurs.
Le mildiou produit ses œufs en associant deux types sexuels différents et utilisent une hormone pour y arriver. Cela ouvre la voie à une potentielle lutte par confusion. © Inra
Lutter contre le mildiou par confusion sexuelle ?
Un groupe de chercheurs français vient de faire une découverte importante sur les gènes du déterminisme sexuel du mildiou, ce qui…
Phytos : les modalités de séparation entre la vente et le conseil enfin précisées
Issu de la loi Egalim du 30 octobre 2018, le principe de séparation de la vente et du conseil à l’utilisation des produits…
Cinq questions sur les analyses de résidus de pesticides dans les vins menées par l'association Alerte aux toxiques
La publication le 15 septembre dernier des résultats d’analyse de résidus de pesticides dans 22 vins dont une majorité certifiés…
Les teintures-mères utilisées pour l'isothérapie ont été réalisées à partir d'organes de vignes atteints par le mildiou. © CAB
Homéopathie en vigne, des effets ponctuels
L’homéopathie et l’isothérapie ont été testées dans le Val de Loire. Il en ressort des premières conclusions assez intéressantes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole