Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Oïdium
Les enseignements de l'enquête lancée par Syngenta

Face à la forte pression de l’oïdium cette année, Syngenta a lancé une enquête auprès des vignerons afin de recueillir leur sentiment et de mieux répondre à leurs attentes. Les résultats de cette enquête confirment que 2012 aura été, de ce point de vue, une année historique.

Les attaques d’oïdium ont eu lieu majoritairement sur grappes pour 87% des répondants et plus de 1 viticulteur sur 3 (37 %) a eu une intensité d’attaque supérieure à 15 %
Les attaques d’oïdium ont eu lieu majoritairement sur grappes pour 87% des répondants et plus de 1 viticulteur sur 3 (37 %) a eu une intensité d’attaque supérieure à 15 %
© ITV

Plus de 75% des vignerons interrogés au cours de cette enquête affirment avoir eu des difficultés à gérer la maladie. « La pression de la maladie a été très forte dans la plupart des vignobles et la lutte a souvent été difficile », note Edith Tusseau, chef de produits vigne chez Syngenta.

Les attaques d’oïdium ont eu lieu majoritairement sur grappes pour 87% des répondants et plus de 1 viticulteur sur 3 (37 %) a eu une intensité d’attaque supérieure à 15 %, seuil à partir duquel les défauts organoleptiques dans les vins deviennent rédhibitoires.

Selon les viticulteurs, un démarrage plus précoce et une meilleure qualité de la pulvérisation sont des éléments clés dans la lutte contre l’oïdium. En effet, les contaminations primaires d’oïdium sont très difficiles à détecter et l’utilisation de modèles est peu répandue. Cela rend le démarrage de la protection difficile. Par ailleurs, un pulvérisateur bien réglé et une pulvérisation fine et soignée face par face permettent d’optimiser l’efficacité d’un traitement. Syngenta a également interrogé les vignerons sur les demandes d’information concernant l’oïdium. Ils souhaitent ainsi connaître en priorité la date du premier traitement, la cadence de renouvellement des traitements, les moyens de lutte et la situation de résistance des matières actives présentes sur le marché. « Afin d’éviter qu’une année comme 2012 ne se reproduise, nous allons être plus présents auprès des viticulteurs en les informant au mieux sur la maladie grâce notamment au dossier oïdium en ligne sur notre site internet. Des journées de formation pour les viticulteurs seront organisées prochainement pour faire un état des connaissances sur la maladie, les moyens de lutte et les solutions existantes pour protéger la vigne », indique Edith Tusseau. De nouvelles solutions pour renforcer la lutte contre l’oïdium de la vigne sont également attendues. Dès 2013, ces innovations pourront pleinement s’intégrer dans les nouveaux programmes de lutte anti-oïdium, ajoute Edith Tusseau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
La grêle prend la Provence par surprise
Lundi 18 mai vers 17h, un orage de grêle non prévu a frappé la Provence verte. Les dégâts sont hétérogènes, mais certaines…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole