Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Commerce du vin
Les côtes du rhône tirent leur épingle du jeu

Dans un univers de plus en plus concurrentiel, les vins des côtes du rhône continuent malgré tout d´afficher des chiffres de vente en légère hausse.


Les vins des côtes du rhône restent des « vins tendances », selon Inter-Rhône, malgré les turbulences du marché. Avec 1,3 milliard d´euros, le chiffre d´affaires en 2002 a augmenté d´1,4 % par rapport à l´année précédente tandis qu´en volume, avec 479 millions de bouteilles vendues, la hausse est de 0,6 %. « Un des atouts des côtes du rhône est d´avoir su stabiliser les cours du vrac. Ainsi, depuis 1998, les variations de cours en AOC régionale rouge n´ont pas dépassé 2 % contre 18 % auparavant. Ce qui est un gage de sérieux pour nos clients », explique Jérôme Villaret, d´Inter-Rhône. « Cette stabilisation a permis l´émergence d´un nouveau segment qualitatif que le marché est prêt à payer ». Mais ces vins des côtes du rhône sont surtout « tendance » à l´export.

« Pas question de copier le Nouveau Monde »
En 2002, les ventes à l´exportation sont en hausse de 4 % en valeur même si elles accusent une baisse d´1 % en volume. Une diminution liée à une baisse des rendements entraînant une stabilisation voire une diminution des volumes disponibles. « Sur ce point, nous devons rester vigilants », estime Michel Bernard, président d´Inter-Rhône. « Aujourd´hui, 60 à 70 % de la production des côtes du rhône est apte à faire du village et certains vignerons changent de catégorie occasionnant un nouveau positionnement qualitatif. C´est une réponse à la recherche d´excellence que nous avons instaurée. Quant à copier le Nouveau Monde c´est à dire produire des AOC moins chers pour conquérir le marché, il n´en est pas question. » Pour Michel Bernard, il ne peut être question de toucher au rendement à la parcelle qui doit obéir à une seule logique agronomique. Quant à une augmentation des surfaces plantées voire un élargissement de l´aire d´appellation, ce qui s´inscrirait alors dans une logique économique, Michel Bernard ne l´exclue pas.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
[VIDEO] Innovation pulvé: l'injection directe arrive en viticulture
Le système de pulvérisation par injection directe Piix, en développement depuis plusieurs années, tourne cette année en routine…
Vignette
[VIDEO] Connaître l'état de sa vigne grâce à l'analyse foliaire par fluorimétrie
Connaissez-vous la fluorimétrie ? Cette méthode permet d'estimer le fonctionnement de la photosynthèse, et de déceler d'…
Vignette
Une cellule de crise dans l'Hérault pour recenser les dégâts dus à la canicule
La chambre d'agriculture de l'Hérault a mis en place un numéro d'urgence pour recenser les dégâts dans les vignes dus à la…
Vignette
Une boîte à outils pour mieux choisir les engrais verts en viticulture
La chambre d’agriculture de la Gironde a récemment lancé un outil contenant une série de tests facilement réalisables sur le…
Vignette
Savoie : jusqu’à 95% de pertes suite à la grêle du 15 juin
Une semaine après le violent orage qui a touché les départements de la Loire, de l’Isère, de la Drôme et des deux Savoies, l’…
Vignette
Le futur conseil phyto encore dans le flou
Si l’ordonnance parue en avril dernier a acté la séparation capitalistique stricte entre la vente et le conseil des produits…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole