Aller au contenu principal

Exportations
Les chinois recherchent du vin rouge pas cher

" Du rouge à deux euros ! " : voilà la principale demande des importateurs chinois qui rencontraient des viticulteurs français, les 29 et 30 juin à la chambre de commerce de Reims.


Après une première matinée de prise de contact entre viticulteurs et importateurs asiatiques, un long chemin reste encore à parcourir avant que les objectifs de chacun ne soient atteints. Chez les viticulteurs, on s´étonne d´avoir affaire à des importateurs peu qualifiés en dégustation, souvent plus intéressés par le prix que par la qualité du vin.
De son côté, la Chine confesse effectivement un manque de connaissance, mais profite de l´occasion pour découvrir bon nombre d´appellations françaises. Toutefois, elle ne se déclare pas prête pour l´instant à ouvrir son marché à des vins de qualité dont le prix serait supérieur à 2 euros.
Les acheteurs chinois présents à Reims ont estimé que leur marché n´était pas encore suffisamment mature pour l´ouvrir à des vins de qualité dont le prix serait supérieur à 2 euros. ©D. R.

Un penchant quasi exclusif pour les vins rouges
En effet, le marché chinois n´est pas mûr pour des gammes de qualité moyenne. Pour l´investisseur asiatique, la clé marketing du produit doit être centrée sur le prix. " C´est le seul moyen d´attirer la classe populaire vers une consommation régulière de vin étranger ", confie un importateur pékinois. Au-delà de la contrainte du prix, les Chinois ont un penchant quasi exclusif pour les vins rouges. Les rosés et les effervescents souffrent d´un dénigrement populaire les qualifiant de " vin de femme " et sont très difficiles à écouler surtout en province. Reste que très peu de vignerons français sont prêts à investir dans un plan de promotion en Chine. A la question " Communiquez vous en Chine ? " la plupart répondent qu´ils n´ont pas les moyens de mener une campagne surtout si les retours ne sont pas garantis. En revanche, tous se disent prêts à participer à d´éventuels regroupements pour la promotion des vins français en Chine. En attendant de telles initiatives des régions françaises, la Chine s´étonne de devoir prendre à sa charge la promotion des vins de France et rappelle que le Nouveau Monde est à ses portes et que son marché ne sera pas toujours demandeur de vin français.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole