Aller au contenu principal

Crise viticole
L´ère de la rupture

Rien ne sera plus comme avant : le modèle français est en panne. Un changement de mentalités semble indispensable. Une page de l´histoire se tourne.


Jusqu´à présent, c´était facile. Une surproduction survenait, entraînant baisse des prix et hausse des stocks et touchant principalement les vins de table. Aussitôt les viticulteurs, méridionaux pour l´essentiel, descendaient dans la rue, histoire de faire monter la pression et de donner plus de poids à leurs responsables professionnels dans la négociation avec le ministre de l´Agriculture. Celui-ci faisait savoir qu´il avait entendu le désarroi des viticulteurs et octroyait quelques subsides. Et la mécanique se remettait en marche jusqu´à la prochaine difficulté. " Sauf que la particularité, cette fois-ci est que la crise est structurelle. Une page de l´histoire viticole est en train de se tourner ", estime Jean Huillet, président de la CFVDP (Confédération française des vins de pays). " Nous sommes entrés dans une ère de rupture ", indique également Jean-Louis Rastoin, professeur à l´Agro de Montpellier. Et d´ajouter : " La filière française doit se restructurer et elle a entre cinq et dix ans pour le faire. "
Certains économistes préfèrent au terme de crise celui de " malaise "
Si le schéma classique de résorption de la crise s´est une fois de plus mis en branle, ce qui, compte tenu des drames sociaux et humains que vivent certains, est indispensable, il n´est pas sûr qu´il suffise à combler la profondeur de cette dernière. Certains économistes tels Patrick Aigrain et Hervé Hannin, deux des co-auteurs d´un travail de prospective sur la filière viticole, préfèrent au terme de crise qui fait référence à un état passager, celui de " malaise ", analysé comme un état de transition traduisant l´essoufflement du modèle historique de fonctionnement du système français. Modèle historique que ces deux auteurs résument ainsi : le vigneron fait de son mieux, s´impose des contraintes, au consommateur de savoir apprécier. Un des principaux éléments qui caractérisent cette rupture, selon Jean-Louis Rastoin, est la réorganisation du marché mondial du vin.
" Il n´y a plus, aujourd´hui, d´identité entre pays producteurs et pays consommateurs. Les nouveaux pays producteurs ne sont pas consommateurs et cherchent à conquérir des marchés extérieurs que les Européens auparavant occupaient. " De plus, ce nouveau monde a une approche " managériale " et grâce à cela a conquis de nouveaux consommateurs avec des vins simples, basés sur un cépage et une marque d´une qualité garantie sans surprise - bonne ou mauvaise, comme cela peut être le cas avec les vins français - et qui constituent aujourd´hui l´essentiel du marché. Sauf que pour vendre ce type de vins, il faut du marketing et donc avoir les moyens de le financer. " Cela suppose d´avoir des entreprises de taille critique soit réalisant un chiffre d´affaires d´au moins 500 millions d´euros ", estime Jean-Louis Rastoin. Sachant, ajoute-t-il, que pour investir 100 millions d´euros en publicité, il faut être capable d´aligner un chiffre d´affaires d´un milliard d´euros.
" Pour créer des alliances, il faut être prêt à abandonner du pouvoir "
" La crise pourrait être un aiguillon pour inciter des entreprises françaises à se rapprocher et à atteindre ainsi cette taille minimale mais cela risque d´être lent car les mentalités ne sont pas tournées vers le management. Pour créer des alliances stratégiques, il faut être prêt à partager le pouvoir. " Même si Jean-Louis Rastoin ne mésestime pas l´ampleur de la crise, il considère que certains fondamentaux poussent à un relatif optimisme. " Les perspectives de consommation au niveau mondial dans les dix ans qui viennent sont orientées à la hausse. La montée en puissance de vins simples à faible teneur en alcool devrait permettre de conquérir les jeunes et même ces vins pourraient prendre des parts de marché à la bière. Et puis, il ne faudrait pas oublier que la France est toujours le leader mondial du vin et qu´elle peut le rester à condition de dépasser les individualismes et de renforcer ses compétences managériales ".
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La matériel de désherbage développé par la société Zasso fonctionne en envoyant un courant électrique à travers les plantes.
Bilan d’une saison de désherbage électrique en vigne
Sylvain Philip, vigneron gardois, a investi en février dans l’un des tout premiers matériels de désherbage électrique intercep de…
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône« J'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
[TAILLE DE LA VIGNE] « Malgré le gel, j'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône, a repris une parcelle non-taillée en avril 2021. Elle a gelé comme ses…
Vignoble côte du Rhône
Production mondiale de vin : la France tombe à la troisième place du podium
Les aléas climatiques, nombreux et intenses en 2021, ont pénalisé la production viticole européenne et particulièrement française…
Le gobelet palissé avec juste deux releveurs permet d'adapter le haut de la vigne aux conditions du millésime. Port retombant en cas de sécheresse, rognage en cas d'humidité.
[TAILLE DE LA VIGNE] « J’adapte mes gobelets palissés selon la météo »
Flavien Nicolas, vigneron à Cairanne, dans le Vaucluse, a planté des vignes en gobelet avec deux fils releveurs, pour s'adapter…
Lors de l'utilisation d'un tracteur enjambeur, il est important de vérifier, en fonction de l'outil attelé, dans quelles conditions de pente (inférieure à 15, 35 ou 50 %) l'engin peut évoluer, afin de garantir que l'arceau de sécurité protégera l'opérateur en empêchant de partir en tonneau.
Tracteurs enjambeurs : l’homologation antirenversement ankylose les livraisons
Bon nombre de constructeurs de tracteurs enjambeurs ont réduit momentanément leur catalogue. La cause est multifactorielle.
[TAILLE DE LA VIGNE] "Changer de mode de taille lors de la conversion bio nous a permis de stabiliser les rendements"
Julien Cuisset, vigneron au Château Grinou, en Dordogne, est passé à la non-taille palissée afin de ne pas amputer ses rendements.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole