Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Crise viticole
L´ère de la rupture

Rien ne sera plus comme avant : le modèle français est en panne. Un changement de mentalités semble indispensable. Une page de l´histoire se tourne.


Jusqu´à présent, c´était facile. Une surproduction survenait, entraînant baisse des prix et hausse des stocks et touchant principalement les vins de table. Aussitôt les viticulteurs, méridionaux pour l´essentiel, descendaient dans la rue, histoire de faire monter la pression et de donner plus de poids à leurs responsables professionnels dans la négociation avec le ministre de l´Agriculture. Celui-ci faisait savoir qu´il avait entendu le désarroi des viticulteurs et octroyait quelques subsides. Et la mécanique se remettait en marche jusqu´à la prochaine difficulté. " Sauf que la particularité, cette fois-ci est que la crise est structurelle. Une page de l´histoire viticole est en train de se tourner ", estime Jean Huillet, président de la CFVDP (Confédération française des vins de pays). " Nous sommes entrés dans une ère de rupture ", indique également Jean-Louis Rastoin, professeur à l´Agro de Montpellier. Et d´ajouter : " La filière française doit se restructurer et elle a entre cinq et dix ans pour le faire. "
Certains économistes préfèrent au terme de crise celui de " malaise "
Si le schéma classique de résorption de la crise s´est une fois de plus mis en branle, ce qui, compte tenu des drames sociaux et humains que vivent certains, est indispensable, il n´est pas sûr qu´il suffise à combler la profondeur de cette dernière. Certains économistes tels Patrick Aigrain et Hervé Hannin, deux des co-auteurs d´un travail de prospective sur la filière viticole, préfèrent au terme de crise qui fait référence à un état passager, celui de " malaise ", analysé comme un état de transition traduisant l´essoufflement du modèle historique de fonctionnement du système français. Modèle historique que ces deux auteurs résument ainsi : le vigneron fait de son mieux, s´impose des contraintes, au consommateur de savoir apprécier. Un des principaux éléments qui caractérisent cette rupture, selon Jean-Louis Rastoin, est la réorganisation du marché mondial du vin.
" Il n´y a plus, aujourd´hui, d´identité entre pays producteurs et pays consommateurs. Les nouveaux pays producteurs ne sont pas consommateurs et cherchent à conquérir des marchés extérieurs que les Européens auparavant occupaient. " De plus, ce nouveau monde a une approche " managériale " et grâce à cela a conquis de nouveaux consommateurs avec des vins simples, basés sur un cépage et une marque d´une qualité garantie sans surprise - bonne ou mauvaise, comme cela peut être le cas avec les vins français - et qui constituent aujourd´hui l´essentiel du marché. Sauf que pour vendre ce type de vins, il faut du marketing et donc avoir les moyens de le financer. " Cela suppose d´avoir des entreprises de taille critique soit réalisant un chiffre d´affaires d´au moins 500 millions d´euros ", estime Jean-Louis Rastoin. Sachant, ajoute-t-il, que pour investir 100 millions d´euros en publicité, il faut être capable d´aligner un chiffre d´affaires d´un milliard d´euros.
" Pour créer des alliances, il faut être prêt à abandonner du pouvoir "
" La crise pourrait être un aiguillon pour inciter des entreprises françaises à se rapprocher et à atteindre ainsi cette taille minimale mais cela risque d´être lent car les mentalités ne sont pas tournées vers le management. Pour créer des alliances stratégiques, il faut être prêt à partager le pouvoir. " Même si Jean-Louis Rastoin ne mésestime pas l´ampleur de la crise, il considère que certains fondamentaux poussent à un relatif optimisme. " Les perspectives de consommation au niveau mondial dans les dix ans qui viennent sont orientées à la hausse. La montée en puissance de vins simples à faible teneur en alcool devrait permettre de conquérir les jeunes et même ces vins pourraient prendre des parts de marché à la bière. Et puis, il ne faudrait pas oublier que la France est toujours le leader mondial du vin et qu´elle peut le rester à condition de dépasser les individualismes et de renforcer ses compétences managériales ".
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les viticulteurs engagés dans les groupes 30 000 se retrouvent pour échanger et se former dans le but de faire baisser leurs IFT. © Crana
Groupes 30 000, la réduction des phytos à grande échelle
Le projet Groupes 30 000 du plan Ecophyto 2 a pour objectif d’accompagner 30 000 exploitations dans la réduction des produits…
[ESSAI/VIDEO] Citroën Berlingo Van 1.6 BlueHDI 100 - Une troisième génération très aboutie
Machinisme
Nous avons pris les commandes d’un Berlingo Van dans sa version Worker à l’équipement fourni et orienté « chantier ». Notre…
chocolatier patrick roger
Quand un chocolatier devient vigneron
Chocolatier renommé, Patrick Roger a trouvé des vignes dans le domaine qu’il a acquis en 2015 dans les Pyrénées Orientales pour…
En Bourgogne, la filière viti-vinicole relève le défi de l’emploi
Près de 150 000€ vont être injectés dans le programme « Vita Bourgogne / Les métiers du vin: votre avenir! », qui a pour objectif…
 © Cave Jumert
Une presse à sarments automotrice
Charles Jumert, vigneron à Villiers-sur-Loir dans le Loir-et-Cher, a transformé un enjambeur en presse à sarments automotrice.
Le nord beaujolais obligé d’utiliser la mention « bourgogne gamay »
Après près de six ans de bataille judiciaire, le conseil d'État a tranché. Les vignerons et négociants du nord beaujolais seront…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole