Aller au contenu principal

Tendance
Le « Sweet » mouvement est lancé

Le premier « Sweet Hours » s’est tenu les 23 avril chez Pompon à Bordeaux et à fait salle comble ; les verres étaient vendus 3,5€ et la bouteille 15€.
Le premier « Sweet Hours » s’est tenu les 23 avril chez Pompon à Bordeaux et à fait salle comble ; les verres étaient vendus 3,5€ et la bouteille 15€.
© Sweet Bordeaux

L'Union des grands vins liquoreux de Bordeaux a désormais une nouvelle identité : Sweet Bordeaux. Et plus que le nom, Sweet Bordeaux c'est aussi le label des vins moelleux et liquoreux de ses onze appellations, mais également le nom d'une campagne de communication pour le moins audacieuse qui cible les jeunes et les femmes. « L'idée est d'aller rencontrer les jeunes là où ils sont, car lorsqu'ils goûtent aux Sweet Bordeaux, ils les adoptent », relate Philippe Poquet, directeur commercial de Publicis Activ. L'agence de communication a en effet imaginé tout un univers « Sweet » adapté à sa cible. Ainsi sont organisés des apéros dits « Sweet Hours » animées par des « Sweet girls » dans des bars branchés où le Sweet Bordeaux est servi par des « Sweeters » sur fond de « Sweet Music ». Et ce n'est pas tout : le site Internet* de Sweet Bordeaux donne accès à une multitude de rubriques tendances notamment une page de recettes de tapas pour accompagner les Sweet Bordeaux ou encore la « Sweet Gallery » où l'on peut regarder les photos prises lors des « Sweet Hours ».

La « Sweet » tournée

« Nous nous concentrons sur les 15 « afterworks » du Sud-Ouest, en commençant par Bordeaux, puis le bassin d'Arcachon en juin-juillet, la côte basque en juillet-août et la Charente à l'automne. Et si l'année se passe bien, la campagne sera lancée à Paris en 2010 et en Belgique en 2011 » projette Philippe Poquet. « Publicis Activ a remporté le concours que nous avions lancé auprès d'agences de communication pour cibler de nouveaux consommateurs avec un budget de cent cinquante mille euros par an, explique Michel Garat, président de la Commission promotion sauternes. Car nous touchons pour l'heure une population d'âge mûr qui déguste nos vins sur du fois gras ou du roquefort. Nous souhaitons conserver ces consommateurs mais nous voulons également intéresser les jeunes ». Pari gagné !

www.sweetbordeaux.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole