Aller au contenu principal
Font Size

Le régime actuel des DPI et DPA

Les déductions fiscales pour investissement (DPI) et pour aléas (DPA) sont des dispositifs permettant de lisser les revenus sur plusieurs années. Ce régime a subi de nombreuses modifications depuis sa mise en place. Voici comment ces déductions s'appliquent aujourd'hui.

Les coups durs climatiques, tels que la grêle, 
sont prévus dans le cadre de la déduction pour aléas, ou DPA.
Les coups durs climatiques, tels que la grêle,
sont prévus dans le cadre de la déduction pour aléas, ou DPA.
© P. Cronenberger

Quand utiliser ces déductions ?

Comme son nom l'indique, la déduction pour investissement (DPI) s'applique lors d'un investissement, que ce soit pour l'achat et la production de stocks de produits ou animaux dont le cycle de rotation est supérieur à un an, ou pour l'acquisition de parts sociales de sociétés coopératives agricoles. Elle doit être pratiquée dans les cinq exercices qui suivent celui de sa réalisation.

La déduction pour aléa (DPA) doit quant à elle être utilisée au cours des sept exercices qui suivent celui au cours duquel la déduction a été pratiquée. Elle s'applique dans les cas suivants :

  • - le règlement des primes et cotisations d'assurances ;
  • - le règlement de franchises d'assurances en cas d'incendie ou d'un dommage aux cultures ou de perte de bétail assuré ;
  • - la survenance d'aléas non assurés d'origine climatique, naturelle ou sanitaire reconnus par une autorité compétente ;
  • - l'achat de fourrage permettant de se constituer un stock pour faire face à des aléas ;
  • - la survenance d'un aléa économique en cas de baisse de la valeur ajoutée.

Quels sont les plafonds globaux ?

Les exploitants agricoles qui sont soumis à un régime réel peuvent pratiquer des déductions pour investissement (DPI) et pour aléa (DPA), dans la limite d'un plafond global limité à 27 000 euros par exercice. Ce plafond peut être majoré d'un complément de DPA de 500 euros par salarié.

Par ailleurs, la déduction que l'on souhaite pratiquer lors du prochain exercice ne peut pas dépasser la différence entre la somme de 150 000 euros et le montant total des déductions utilisées au cours des dernières années et non encore rapportées.

Par exemple, un exploitant individuel a pratiqué des déductions non encore rapportées pour le montant maximum de 27 000 euros pendant les cinq derniers exercices, soit en 2014 pour un montant total de 135 000 euros. Pour l'exercice 2015, la déduction utilisée ne pourra pas dépasser la différence entre 150 000 euros et 135 000 euros soit 15 000 euros.

La loi de finances pour 2015 a relevé les plafonds concernant les GAEC ou les EARL relevant de l'impôt sur le revenu, en les multipliant par le nombre d'associés exploitants, limité à quatre au lieu de trois auparavant :

- le plafond global de 27 000 euros peut donc être porté de 108 000 euros au lieu de 81 000 euros.

- le plafond de 150 000 euros est porté à 600 000 euros au lieu de 450 000 euros.

Comment réintégrer ces déductions ?

Lorsque les déductions ne sont pas utilisées conformément à leur objet, elles doivent être réintégrées et majorées de l'intérêt de retard prévu par l'article 1727 du CGI (4,8 % par an).

Néanmoins, à compter du 1er janvier 2015, si la DPA n'est pas utilisée dans les sept années suivant l'exercice duquel elle a été pratiquée, elle sera majorée de l'intérêt légal fixé pour le 1er semestre 2015 à 0,93 % par an (auparavant ces sommes étaient majorées de l'intérêt de retard).

Repères

La déduction pour investissement (DPI) s'applique lors d'un investissement, que ce soit pour l'achat et la production de stocks de produits ou animaux dont le cycle de rotation est supérieur à un an, ou pour l'acquisition de parts sociales de sociétés coopératives agricoles.

La déduction pour aléa (DPA) permet quant à elle de faire face à un incident climatique. Elle doit être utilisée au cours des sept exercices qui suivent celui au cours duquel la déduction a été réalisée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole