Aller au contenu principal
Font Size

Etude
Le réchauffement climatique vu par les vignerons

L’IFV, en collaboration avec les vignerons indépendants de France, a recueilli le sentiment de vignerons sur la réalité du changement climatique. Une étude qui devrait permettre d’orienter la recherche en ce domaine.

les résultats obtenus concernant l’avancement des dates de vendanges dans cette étude correspondent à une élévation moyenne minimale de la température d’1°. Ce qui est en concordance avec les données recueillies par Météo France qui situe le réchauffement entre 0,7° et 1,1°.
les résultats obtenus concernant l’avancement des dates de vendanges dans cette étude correspondent à une élévation moyenne minimale de la température d’1°. Ce qui est en concordance avec les données recueillies par Météo France qui situe le réchauffement entre 0,7° et 1,1°.
© DR

Un des premiers enseignements de cette étude est que le réchauffement climatique est une réalité pour l'ensemble des vignerons français. « Mais cette réalité ne se traduit pas de la même manière entre le sud et le nord de la France. Les vignerons du Languedoc-Roussillon et de Paca montrent une inquiétude certaine quant à ce réchauffement avec l'augmentation constatée des degrés et un stress hydrique de plus en plus marqué. Ceux des vignobles plus septentrionaux jugeraient plutôt ce phénomène comme  un élément quasi positif », constate Joël Rochard, de l'IFV d'Epernay qui a dirigé cette étude.  Une majorité de vignerons estiment que des changements significatifs sont apparus au cours des quinze dernières années. Des observations de terrain qui différent des études scientifiques qui mettent en évidence ce réchauffement à partir des années 80. Ces modifications concernent l'augmentation du taux de sucre (entre 0,5 et 2°), la précocité des vendanges (entre 8 et 11 jours) , le processus de maturation, le raccourcissement du cycle (de 4 à 7 jours) et la diminution du taux d'acidité (entre 0 et 0,9 g/l). Il est à noter que les résultats obtenus concernant les dates de vendanges dans cette étude correspondent à une élévation moyenne minimale de la température d'1°. Ce qui est en concordance avec les données recueillies par Météo France qui situe le réchauffement entre 0,7° et 1,1°.

Apparition ou disparition de certaines maladies

64 % des vignerons interrogés ont constaté une modification dans l'expression des maladies avec l'apparition ou la disparition de certaines maladies ou le développement de celles-ci à des stades non habituels. Pour contrer ces changements, les vignerons souhaiteraient avant tout que se mettent en place des observatoires régionaux (49 %) avant d'explorer la voie de la création végétale (29%) et la mise au point de nouveaux porte-greffes (16%). Sur le plan viticole, la priorité doit s'exercer sur la gestion des sols avant d'adapter le mode de conduite (48%) ou  l'irrigation. Au niveau des pratiques œnologiques, la maîtrise des températures est indispensable pour 80 % des vignerons ainsi que l'adaptation du transport des raisins, des moûts et des vins. La désalcoolisation n'est souhaitée que par 8% des vignerons.

(1)       Cette étude a été réalisée grâce aux réponses fournies par 241 vignerons qui ont répondu sur internet au questionnaire élaboré par l'IFV. L'indice de confiance de cette étude est de 80 %.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole