Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Cognac
Le réchauffement climatique confirmé

Raccourcissement du cycle végétatif de la vigne, modifications des caractéristiques de la vendange : le réchauffement climatique est confirmé dans le cognaçais.

 

Le résultat de l' étude menée en 2008  par la station viticole du BNIC (Bureau national interprofessionnel du cognac) sur l'évolution du climat sur la région des Charentes, est sans appel : « le réchauffement climatique régional est établi et concerne toutes les saisons », indique Laetitia Boitaud du BNIC. Les températures moyennes annuelles glissantes sur trente ans ont augmenté d'1°C sur la station météorologique de Saintes (17) et de O,8°C à Cognac. La hausse des températures minimales et maximales est équivalente. Le nombre de jours de très fortes chaleurs (température supérieure à 35°C) a augmenté. A l'inverse, le nombre de jours de température très basse (inférieure à -5°C) a diminué et le pourcentage du nombre de jours de gel en mars et avril est passé de 12 % en 1968 à 1987 à 6 % sur la période 1988-2007.

10 jours d'avance sur les vendanges

Si l'on s'en réfère à l'indice bioclimatique de Huglin qui caractérise le climat général d'une région, Cognac est passé d'un climat frais qui persistait jusque dans les années 80 à un climat tempéré. « L'évolution semble être en progression constante et pourrait atteindre la catégorie de climat « tempéré chaud », voire chaud dans les années extrêmes », souligne encore Laetitia Boitaud. Sur la vigne, ce réchauffement s'est traduit par un avancement de la date des vendanges de près de 10 jours, une augmentation du taux de sucre et une baisse d'acidité. Pour s'adapter à ces changements, la filière mise en premier lieu sur la sélection clonale de l'ugni blanc. L'étude du comportement de différents plants d'ugni blanc, récupérés lors de prospections ampélographiques a débuté. « Pour la première fois, nous avons constaté une variabilité entre des clones notamment au niveau du potentiel d'acidité des moûts ». Ce qui pourrait constituer une piste intéressante. Les travaux de sélection vont se poursuivre.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Le thym, un bon couvre-sol pour le rang de vigne en terrain séchant
Les premiers essais menés dans le cadre du programme Casdar PlacoHB au lycée de Montreuil-Bellay dans le Maine-et-Loire montrent…
Vignette
Jean-Baptiste Ancelot : "la remise au goût du jour des cépages oubliés est une vraie tendance"
Jean-Baptiste Ancelot est l’auteur de Wine Explorers, un livre où il raconte le tour du monde des pays viticoles…
Vignette
Jérôme Despey réclame un audit de la gestion des aides vitivinicoles
Lors d’une conférence de presse organisée au siège de la FNSEA le 10 octobre, Jérôme Despey a pris sa casquette de président de…
Vignette
Pourquoi les Wine Funders ont-ils envie d’investir ?
Jeudi 19 septembre, la plateforme de financement participatif Wine Funding a donné rendez-vous à de potentiels investisseurs afin…
Vignette
Extension en vue pour le logo CAB
Lancé en 2018 par Sudvinbio pour soutenir les vins d’Occitanie en conversion à l’agriculture biologique, le logo CAB s’étend…
Vignette
Vieilles vignes et grands vins, une affaire de génétique
Les caractéristiques agronomiques des vieilles vignes et la qualité organoleptique de leurs raisins découlent d’une modification…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole