Aller au contenu principal

Le propriétaire et négociant De Mour joue la carte du casher

Vignes du château Tour Baladoz en Saint-Émilion grand cru.
Vignes du château Tour Baladoz en Saint-Émilion grand cru.
© De Mour

Avec une production réservée à l’avance et un prix de vente supérieur à la référence standard, la famille Schepper aurait tort de se priver du segment casher ! Cela fait quinze ans que sa maison, De Mour, travaille en partenariat avec le négoce Clovis Lesieutre, leader européen du marché des vins et spiritueux casher, sur deux de ses cinq propriétés (château Haut Breton Larigaudière - Margaux et château Tour Baladoz - Saint-Émilion grand cru). Si l’initiative est venue du négociant israélite, la maison De Mour a rapidement saisi l’intérêt de ce marché à part entière. Huit mille cols du premier vin rouge de chaque propriété, soit 10 % du chiffre d’affaires, sont ainsi écoulés tous les ans. « Nous marchons par contrat, que nous renégocions tous les ans, explique Hélène de Schepper, responsable communication. C’est un marché intéressant car il est très stable. Cela nous apporte également de la notoriété, nos vins sont parfois servis à l’Élysée lors de réceptions officielles de représentants israéliens ».

Un marché en progression constante. Un autre aspect intéressant de ce marché, c’est qu’il répond à une demande. « Nous ne faisons pas de communication sur ce produit, poursuit Hélène de Schepper. La clientèle est déjà existante. La plupart des vins sont exportés vers Israël et les États-Unis. » En France, le marché des vins casher est estimé à plus de soixante millions d’euros, et celui des États-Unis affiche une croissance de huit pourcents par an. La jeunesse juive se révèle être de plus en plus amatrice et curieuse de vins, ce qui donne une place à chaque région, couleur ou qualité. Malgré cela, peu de domaines acceptent de se lancer dans de telles productions, notamment à cause d’un cahier des charges exigeant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole