Aller au contenu principal
Font Size

Le propriétaire et négociant De Mour joue la carte du casher

Vignes du château Tour Baladoz en Saint-Émilion grand cru.
Vignes du château Tour Baladoz en Saint-Émilion grand cru.
© De Mour

Avec une production réservée à l’avance et un prix de vente supérieur à la référence standard, la famille Schepper aurait tort de se priver du segment casher ! Cela fait quinze ans que sa maison, De Mour, travaille en partenariat avec le négoce Clovis Lesieutre, leader européen du marché des vins et spiritueux casher, sur deux de ses cinq propriétés (château Haut Breton Larigaudière - Margaux et château Tour Baladoz - Saint-Émilion grand cru). Si l’initiative est venue du négociant israélite, la maison De Mour a rapidement saisi l’intérêt de ce marché à part entière. Huit mille cols du premier vin rouge de chaque propriété, soit 10 % du chiffre d’affaires, sont ainsi écoulés tous les ans. « Nous marchons par contrat, que nous renégocions tous les ans, explique Hélène de Schepper, responsable communication. C’est un marché intéressant car il est très stable. Cela nous apporte également de la notoriété, nos vins sont parfois servis à l’Élysée lors de réceptions officielles de représentants israéliens ».

Un marché en progression constante. Un autre aspect intéressant de ce marché, c’est qu’il répond à une demande. « Nous ne faisons pas de communication sur ce produit, poursuit Hélène de Schepper. La clientèle est déjà existante. La plupart des vins sont exportés vers Israël et les États-Unis. » En France, le marché des vins casher est estimé à plus de soixante millions d’euros, et celui des États-Unis affiche une croissance de huit pourcents par an. La jeunesse juive se révèle être de plus en plus amatrice et curieuse de vins, ce qui donne une place à chaque région, couleur ou qualité. Malgré cela, peu de domaines acceptent de se lancer dans de telles productions, notamment à cause d’un cahier des charges exigeant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole