Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En couverture
Le paysage allié du vin

Le paysage va-t-il devenir une valuer marchande? La réponse à cette question est encore en suspens mais la filière est en train de prendre conscience de l'importance de ces paysages en tant qu'outil de valorisation du vin et outil médiatique surtout à un moment où l'image du vin subit de multiples attaques.

"Boire du vin, c'est boire de l'espace et du temps", Gilbert Garrier, historien.
"Boire du vin, c'est boire de l'espace et du temps", Gilbert Garrier, historien.
© P. Cronenberger

Des vignobles du Roussillon où se dessinent en arrière plan le Canigou au canyon de vignes surplombé par la roche de Solutré, des ondulations des vignobles de saint-émilion aux vignobles du beaujolais maillés de villages bâtis en pierres dorées, les bassins viticoles français sont riches d'une diversité paysagère remarquable. Et celle-ci est en train d'être peu à peu redécouverte par la filière car cette ressource possède de multiples vertus. Le paysage est peut-être même une carte maîtresse pour à la fois catalyser l'économie locale et protéger de la déprise. Il est un atout pour le développement des territoires car il favorise l'oenotourisme et fait une place à l'activité viticole dans les stratégies de développement des collectivités territoriales. Il est même en train de s'immiscer dans le concept du terroir.
« Le rôle du paysage est un facteur de l'expérience oenotouristique à plusieurs titres. Il traduit de la culture vigneronne, il a une fonction esthétique et émotionnelle, il a un rôle d'éducation et de sensibilisation, il représente la biodiversité d'une région... » explique Yvan Merlé, chargé de mission au ministère de l'Agriculture, lors du colloque Paysage et oenotourisme organisé par le lycée viticole de Nîmes Rodilhan. Et de ces différentes fonctionnalités découlent une attractivité touristique. . « Le paysage est un allié médiatique puissant. Il sert d'image pour la qualité des vins. En offrant un cadre de vie de qualité, il est un atout pour le développement touristique et économique » poursuit Yvan Merlé.

Labelliser

Reste que pour bénéficier de cette attractivité, la question de la protection des paysages se pose. Cette préservation a, elle-même, des vertus économiques. Le vignoble de Lavaux en Suisse a ainsi connu une hausse de sa fréquentation de 25% depuis qu'il a été classé par l'Unesco. Et le panier moyen des touristes en Val de Loire, dont les paysages sont également classés par l'Unesco, est de 100 euros par acheteur, indique Inter Loire.
Sauf que tous les vignobles ne pourront afficher le label de l'Unesco. La Charte de Fontevraud, initiée en 2003, vise justement à « mieux formaliser des réseaux d'excellence international en terme paysagers » explique Joël Rochard de l'Institut français de la vigne et du vin (IFV). Elle vise à l'engagement conjoint des syndicats viticoles et des collectivités dans une démarche volontaire pour optimiser la production viticole et la gestion des paysages. La Charte en est pour l'instant à ses balbutiements puisque seuls cinq vignobles sont signataires : Val de Loire, Côte méridionale de Beaune, Château-Chalon, Lavaux et les costières de nîmes qui l'ont signé très récemment.
« Cette charte correspondait bien à celle qui nous avons créé pour notre vignoble » indique Bernard du Tremblay, président de l'ODG costières de nîmes. Pionnier, le syndicat a ainsi était moteur dans la création d'une charte de protection de ses paysages dont différentes collectivités sont signataires (municipalité de Nîmes métropole, notamment). Le diagnostic réalisé, ce sont 34 fiches actions qui ont été définies en étroite collaboration avec Territoire et Paysage, un cabinet conseil dirigé par Laurence Fabbri. Des jachères fleuries vont être semées dans des sites d'importance du territoire, un guide de sensibilisation au bâti a été édité, et des packs oenotouristiques, association vin, patrimoine ou sport, sont maintenant commercialisés par les offices du tourisme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La nouaison approche : sortez les machines à vendanger !
En Nouvelle-Zélande, le domaine Villa Maria fait un passage de machine à vendanger peu après la floraison. Cela permet de faire…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole