Aller au contenu principal
Font Size

Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT

Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des agriculteurs dans du matériel performant. Un dispositif qui veut ainsi accompagner la profession à mettre en place les zones non-traitement.

L'acquisition d'un pulvérisateur équipé de dispositif réduisant la dérive peut être en partie financée par le fonds de 30 M€.
© BRAUD

Depuis le 1er janvier dernier, les viticulteurs doivent respecter une zone de non-traitement de 10 mètres en vue de protéger les riverains des produits phytosanitaires. Une distance qui peut être raccourcie à 5 mètres, voire 3 mètres si le matériel est équipé de technologies permettant de réduire la dérive. Toutefois, il est prévu que cette autorisation ne peut être envisagée que si le traitement entre dans le cadre d’une charte d’engagement des utilisateurs, élaborée en concertation avec les riverains.

Un dispositif géré par FranceAgriMer

Pour encourager l’acquisition de ce type de matériel homologué, dont la liste est disponible sur le site du Ministère, un dispositif d’aide de 30 millions d’euros sera débloqué mi-juin. Les dossiers seront à transmettre à FranceAgriMer, organisme en charge de la gestion du dispositif, jusqu’au 31 décembre 2020. Ce nouveau fonds vient « en complément des mesures de soutien à l’investissement d’ores et déjà mis en œuvre sur l’ensemble du territoire », précise le Ministère dans un communiqué daté du 9 mai. Au-delà des pulvérisateurs, sont inclus dans le dispositif « les matériels permettant de mettre en place des itinéraires techniques alternatifs à l’utilisation des produits phytosanitaires », dont les outils utilisés pour le désherbage mécanique. Les CUMA (coopérative d’utilisation du matériel agricole) et GIEE (groupements d’intérêt économique et environnemental) peuvent également prétendre à cette aide à l’investissement.

 

Un assouplissement des règles de validation lié au contexte du Covid-19

Dans l'arrêté du 1er janvier, les chartes riverains devaient faire l'objet d'une concertation publique d'un mois avant de pouvoir être validé par le préfet. Mais le confinement lié à la crise du Covid-19 a empêché le déroulement de ces concertations. Le gouvernement a donc assoupli les mesures de validation en permettant aux préfets d'autoriser l'entrée en application des chartes après vérification du respect des dispositions légales, mais sans concertation publique. Cet assouplissement du processus est valable jusqu'au 30 juin 2020, ce qui ne fait pas l'unanimité notamment du côté des associations environnementales.

 

Lire aussi " Avec ces ZNT, ce sont des milliers d’hectares de vignes qui vont être arrachés"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
 © Clovis Michon
Un lavabo dans l'utilitaire pour se laver les mains
Salarié dans les travaux publics, Clovis Michon a installé dans sa fourgonnette un système pour se laver les mains.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole