Aller au contenu principal

Densité de plantation
Le coût de la qualité en AOC bordeaux

Augmenter la densité de plantation est facteur d´amélioration qualitative. Reste à savoir à quoi l´on s´engage financièrement. La Chambre d´agriculture de Gironde fait le point.


Faut-il planter à 3 m, à 2 m ou même moins ? La question est d´importance et la réponse est lourde d´engagements, pour au moins 40 ans. Et au-delà de cette nécessaire vision à long terme, le débat fait d´autant plus rage à Bordeaux que l´octroi de droits de plantation nouveaux n´est accordé que pour des plantations d´au moins 4000 pieds/ha alors que le décret de l´AOC prévoit une densité minimale de 2000 pieds/ha. Qui plus est, bénéficier des primes de restructuration du vignoble suppose une plantation à 5000 pieds/ha minimum.

Des coûts de plantation allant du simple au double
Afin de permettre au vigneron de faire les bons choix, l´URABLT (Union régionale agricole de Branne-Libourne-Targon), structure dépendante de la Chambre d´agriculture, a réalisé une étude sur le thème : « Plantations de qualité : combien ça coûte ». L´étude se base sur une parcelle de vigne existante. Ce qui a permis de décompter les tournées, de tabler sur un nombre exact de pieds et de calculer le nombre de pointes et même les longueurs de fils de fer. Résultat : le coût de la plantation (hors arrachage) varie de 18 032 euros/ha pour une vigne large de 3 m x 1 m à 31 092 euros/ha pour une vigne étroite d´1,50 m x 1 m. « Selon le choix de planter en vignes larges ou étroites, l´investissement au départ peut être beaucoup plus important mais rapporté à la durée moyenne de vie d´une vigne, soit 40 ans, la différence devient plus qu´acceptable », estime Eric Chadourne, directeur de l´URABLT. D´autant plus que la prime de restructuration peut couvrir le surcoût dans le cas d´une plantation serrée. « Les hautes densités constituent également une assurance en rendement et en qualité », indique encore Eric Chadourne. Mais d´ajouter : « Reste le problème de la valorisation. »

Une plantation à 2 m en AOC bordeaux augmente le coût de production par tonneau de 150 euros par rapport à une vigne plantée à 3 m. Et ceci, sans compter les éventuels surcoûts liés à la nouvelle organisation de travail et de matériels que suppose une plantation serrée. Sachant également que dans le cas d´une vigne large, l´obtention d´une qualité correcte sera plus aléatoire. « C´est donc un véritable choix d´entreprise. Un vigneron au travail déjà bien organisé et qui a les moyens de bien valoriser sa production aura intérêt à planter étroit. Au contraire, un vigneron qui a déjà des vignes larges, qui subit les aléas du marché vrac et l´augmentation des coûts de production, a peut-être intérêt à opter pour des vignes larges ».


L´étude complète est disponible auprès de l´Urablt : 05 57 55 25 25 - email : info@urab-grezillac.com
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole