Aller au contenu principal
Font Size

Le contrat vendange sur la sellette

Le gouvernement a annoncé la semaine dernière vouloir supprimer le principal atout du contrat vendange, à savoir une exonération de charges sociales, prétextant que cela n'avait pas d'incidence sur l'emploi.

Le contrat vendange permet de rendre attractif ce type de contrat grâce à une exonération de 7,8% des charges salariales. Le gouvernement veut mettre fin à cet avantage.
Le contrat vendange permet de rendre attractif ce type de contrat grâce à une exonération de 7,8% des charges salariales. Le gouvernement veut mettre fin à cet avantage.
© JC Gutner






Le contrat vendange est un outil précieux pour la filière viticole. Il permet de lui garantir une main d'oeuvre chaque année avec une certaine souplesse. En effet, grâce à l'exonération de 7,8% de charges salariales, il est attractif. Sa seconde caractéristique est qu'il peut être contracté par une personne déjà salariée ou un fonctionnaire. Ces deux atouts sont très certainement les facteurs qui ont permis de garantir une main d'oeuvre de vendangeurs aux viticulteurs ces dernières années.


Selon le quotidien Les Echos, la suppression de l'exonération permettra de réorienter 20 millions d'euros vers les caisses de l'Etat.


La Cnaoc et la FNSEA sont vent debout contre cette mesure et souhaitent ardemment que l'article qui vise le contrat vendange soit supprimé lors de son passage en examen à l'assemblée nationale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole