Aller au contenu principal
Font Size

Exception culturelle
Le consommateur français circonspect sur les marques

Selon Pierre Mora, professeur de marketing, une approche par les marques dans le secteur du vin n’est pas un réflexe spontané du consommateur français.

Pierre Mora – Professeur Associé à la Management School de Bordeaux est l’auteur de « Bonnes pratiques en marketing du vin. 20 études de cas de vins du monde » et de « Le commerce du vin. Panorama et perspectives », tous deux parus aux Editions Dunod
Pierre Mora – Professeur Associé à la Management School de Bordeaux est l’auteur de « Bonnes pratiques en marketing du vin. 20 études de cas de vins du monde » et de « Le commerce du vin. Panorama et perspectives », tous deux parus aux Editions Dunod
© DR
La nécessité de développer des marques, forcément puissantes, dans le secteur viticole afin d'améliorer la lisibilité du linéaire vin et la compréhension du consommateur perdu dans un dédale de références est un plaidoyer régulièrement exprimé par différents experts, responsables professionnels ou acheteurs de la grande distribution. « La marque est effectivement un repère indispensable pour le consommateur anglo-saxon. Mais qu'en est-il pour le consommateur français ? », se demande Pierre Mora, professeur de marketing à Bordeaux Ecole Management. « En France, le consommateur est soi-disant baigné depuis sa plus tendre enfance dans la culture de l'AOC, du millésime, de l'assemblage. Et force est bien de constater que la marque dans l'hexagone, piétine ». Et de citer l'exemple de JP Chenet, marque phare des grands chais de France, qui explose à l'étranger mais reste discrète dans les linéaires français.

Un scepticisme né du goût de la surprise

Pour Pierre Mora, ce constat conduit à s'interroger sur la culture du consommateur français. « La marque est une promesse de standardisation. Son maître mot étant régularité, l'assurance d'avoir toujours la même bouteille au même prix, dotée du même packaging et offrant le même goût. Le consommateur français de vin est, lui plus souvent qu'ailleurs, à la recherche de diversité, d'étonnement, de changement. A tel point que des dégustations verticales sont même organisées pour des vins modestes. Ce qui va totalement à l'encontre de la logique de la marque ». Certes, il y a quelques marques de vin françaises qui ont leur clientèle, produisent des volumes non négligeables comme Mouton Cadet avec 15 millions de cols. Mais ces volumes sont sans comparaison avec ceux vendus par Gallo soit 125 millions de cols. La réflexion en cours sur l'émergence de grands bassins de production pourrait peut-être changer la donne, estime encore Pierre Mora.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
 © Clovis Michon
Un lavabo dans l'utilitaire pour se laver les mains
Salarié dans les travaux publics, Clovis Michon a installé dans sa fourgonnette un système pour se laver les mains.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole