Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Exception culturelle
Le consommateur français circonspect sur les marques

Selon Pierre Mora, professeur de marketing, une approche par les marques dans le secteur du vin n’est pas un réflexe spontané du consommateur français.

Pierre Mora – Professeur Associé à la Management School de Bordeaux est l’auteur de « Bonnes pratiques en marketing du vin. 20 études de cas de vins du monde » et de « Le commerce du vin. Panorama et perspectives », tous deux parus aux Editions Dunod
Pierre Mora – Professeur Associé à la Management School de Bordeaux est l’auteur de « Bonnes pratiques en marketing du vin. 20 études de cas de vins du monde » et de « Le commerce du vin. Panorama et perspectives », tous deux parus aux Editions Dunod
© DR
La nécessité de développer des marques, forcément puissantes, dans le secteur viticole afin d'améliorer la lisibilité du linéaire vin et la compréhension du consommateur perdu dans un dédale de références est un plaidoyer régulièrement exprimé par différents experts, responsables professionnels ou acheteurs de la grande distribution. « La marque est effectivement un repère indispensable pour le consommateur anglo-saxon. Mais qu'en est-il pour le consommateur français ? », se demande Pierre Mora, professeur de marketing à Bordeaux Ecole Management. « En France, le consommateur est soi-disant baigné depuis sa plus tendre enfance dans la culture de l'AOC, du millésime, de l'assemblage. Et force est bien de constater que la marque dans l'hexagone, piétine ». Et de citer l'exemple de JP Chenet, marque phare des grands chais de France, qui explose à l'étranger mais reste discrète dans les linéaires français.

Un scepticisme né du goût de la surprise

Pour Pierre Mora, ce constat conduit à s'interroger sur la culture du consommateur français. « La marque est une promesse de standardisation. Son maître mot étant régularité, l'assurance d'avoir toujours la même bouteille au même prix, dotée du même packaging et offrant le même goût. Le consommateur français de vin est, lui plus souvent qu'ailleurs, à la recherche de diversité, d'étonnement, de changement. A tel point que des dégustations verticales sont même organisées pour des vins modestes. Ce qui va totalement à l'encontre de la logique de la marque ». Certes, il y a quelques marques de vin françaises qui ont leur clientèle, produisent des volumes non négligeables comme Mouton Cadet avec 15 millions de cols. Mais ces volumes sont sans comparaison avec ceux vendus par Gallo soit 125 millions de cols. La réflexion en cours sur l'émergence de grands bassins de production pourrait peut-être changer la donne, estime encore Pierre Mora.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La nouaison approche : sortez les machines à vendanger !
En Nouvelle-Zélande, le domaine Villa Maria fait un passage de machine à vendanger peu après la floraison. Cela permet de faire…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole