Aller au contenu principal

Exception culturelle
Le consommateur français circonspect sur les marques

Selon Pierre Mora, professeur de marketing, une approche par les marques dans le secteur du vin n’est pas un réflexe spontané du consommateur français.

Pierre Mora – Professeur Associé à la Management School de Bordeaux est l’auteur de « Bonnes pratiques en marketing du vin. 20 études de cas de vins du monde » et de « Le commerce du vin. Panorama et perspectives », tous deux parus aux Editions Dunod
Pierre Mora – Professeur Associé à la Management School de Bordeaux est l’auteur de « Bonnes pratiques en marketing du vin. 20 études de cas de vins du monde » et de « Le commerce du vin. Panorama et perspectives », tous deux parus aux Editions Dunod
© DR
La nécessité de développer des marques, forcément puissantes, dans le secteur viticole afin d'améliorer la lisibilité du linéaire vin et la compréhension du consommateur perdu dans un dédale de références est un plaidoyer régulièrement exprimé par différents experts, responsables professionnels ou acheteurs de la grande distribution. « La marque est effectivement un repère indispensable pour le consommateur anglo-saxon. Mais qu'en est-il pour le consommateur français ? », se demande Pierre Mora, professeur de marketing à Bordeaux Ecole Management. « En France, le consommateur est soi-disant baigné depuis sa plus tendre enfance dans la culture de l'AOC, du millésime, de l'assemblage. Et force est bien de constater que la marque dans l'hexagone, piétine ». Et de citer l'exemple de JP Chenet, marque phare des grands chais de France, qui explose à l'étranger mais reste discrète dans les linéaires français.

Un scepticisme né du goût de la surprise

Pour Pierre Mora, ce constat conduit à s'interroger sur la culture du consommateur français. « La marque est une promesse de standardisation. Son maître mot étant régularité, l'assurance d'avoir toujours la même bouteille au même prix, dotée du même packaging et offrant le même goût. Le consommateur français de vin est, lui plus souvent qu'ailleurs, à la recherche de diversité, d'étonnement, de changement. A tel point que des dégustations verticales sont même organisées pour des vins modestes. Ce qui va totalement à l'encontre de la logique de la marque ». Certes, il y a quelques marques de vin françaises qui ont leur clientèle, produisent des volumes non négligeables comme Mouton Cadet avec 15 millions de cols. Mais ces volumes sont sans comparaison avec ceux vendus par Gallo soit 125 millions de cols. La réflexion en cours sur l'émergence de grands bassins de production pourrait peut-être changer la donne, estime encore Pierre Mora.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[VIDEO] Vignes gelées : objectif bois de taille !
Après un gel conséquent, il est important de s’occuper des rameaux restants ou qui repoussent, afin d’assurer la pérennité du cep…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Guillaume Casanove, Gilles et Romain Lacroix, François Tissot et Alain Dourthe (de gauche à droite) travaillent de concert pour mettre en application la méthode Géophile au Mas des Boutes. © X. Delbecque
« La vigne a rapidement réagi à la méthode Géophile »
À Tresques, dans le Gard, les domaines Bernard Perret se sont lancés dans la méthode Géophile. Une approche globale de la vigne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole