Aller au contenu principal

Enterré
Le conseil de la modération abrogé par décret

L'instance de concertation, créée en 2006, ayant pour thème central la politique en matière de consommation d'alcool, a été abrogé le 17 février dernier. Un coup dur pour la concertation !

Le Conseil de la Modération, l'instance interministérielle qui permettait un dialogue entre la Santé et l'Agriculture, a été supprimé.
Le Conseil de la Modération, l'instance interministérielle qui permettait un dialogue entre la Santé et l'Agriculture, a été supprimé.
© P. Cronenberger

Le Conseil de la modération n’est plus. Ce n’est pas vraiment une surprise : l’instance interministérielle n’avait pas été réunie depuis 18 mois. Certains observateurs pressentaient d’ailleurs sa fin imminente. « C’est une déception pour nous » indique Audrey Bourolleau, directrice de Vin et Société. L’association militait depuis plusieurs mois pour que l’instance soit réactivée, en prévision de la future loi de santé publique. Il s’agissait d’établir un dialogue avant les discussions parlementaires.

La disparition du Conseil de la modération est un signe négatif de plus, après la présentation du plan Cancer le 4 février dernier. Il prévoit des dispositions visant à interdire la publicité des alcools sur Internet et les réseaux sociaux.

Vin et Société se dit plus que jamais sur le pied de guerre et peaufine son argumentaire pour sensibiliser les députés et sénateurs sur la question des alcools, qui n’est qu’une petite partie de la loi de santé publique dont le champs d’action est extrêmement large. L’association salue les deux amendements déposés récemment au sénat, visant à faire reconnaître le vin comme patrimoine culturel. Et Audrey Bourolleau de souligner : « ces amendements vont dans le bon sens mais il ne faudrait pas qu’avec la loi de santé publique on se retrouve dans une situation paradoxale ». En clair : interdit et patrimoine culturel ne vont pas de pair !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
 © J.- C. Gutner
S’adapter petit à petit à soigner la vigne autrement
Les produits de protection des plantes que l’on connaît classiquement ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il faut…
En Bretagne, Edouard Cazals crée le premier domaine viticole professionnel
En 2018, Édouard Cazals, vigneron au domaine La cabane aux longues vignes, a planté deux hectares de vigne près de l'estuaire de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole