Aller au contenu principal
Font Size

L’Aude et l’Hérault obtiennent une dérogation pour traiter les vignes par aéronef

Par un arrêté publié au Journal officiel le 22 mai dernier, le traitement par voie aérienne des vignes à la bouillie bordelaise est temporairement autorisé dans les départements de l’Aude et de l’Hérault. Quelques 10 000 ha de vignes sont concernés par cette dérogation valable jusqu’au 5 juin.

Dans l'Aude, certaines vignes ont été complètement inondées suite aux fortes pluies du mois de mai. L'impossibilité de pénétrer dans les parcelles a conduit les Occitans a demandé une dérogation exceptionnelle pour pouvoir traiter par voie aèrienne.
© Les terroirs du vertige

« En cas de danger sanitaire grave qui ne peut être maîtrisé par d'autres moyens, la pulvérisation aérienne de produits phytopharmaceutiques pour lutter contre ce danger peut être autorisée temporairement par arrêté conjoint des ministres chargés de l'environnement, de l'agriculture et de la santé », indique l’article L253-8 du code rural. Depuis le 18 mai, la profession viticole[1] des départements de l’Aude et de l’Hérault manifeste son besoin de recourir aux épandages aériens pour protéger les vignes rendues inaccessibles par les fortes pluies du mois de mai.

Une forte pression mildiou, black rot et oïdium

« Entre mi-avril et mi-mai, nous avons eu de fortes pluies, dont le cumul en quelques jours a atteint 300 mm dans certaines zones » expose Nathalie Mailhac, cheffe du service viticulture et œnologie de la chambre d'agriculture (CA) de l'Aude. Conséquence : les sols ne parviennent pas à se ressuyer, et à de multiples endroits, l’Aude déborde dans la plaine, inondant les terres agricoles et les chemins permettant d’accéder aux parcelles de vignes. « La vigne est en avance, la végétation est vigoureuse et la grêle d’avril ajoutée à ces fortes pluies crée une pression mildiou très forte. Jusqu’ici la couverture sanitaire était sous contrôle, mais la rémanence de nombreux produits sont arrivés à terme alors que de nombreux chemins restent impraticables », pointe la responsable du service viticulture. Les bulletins de santé du végétal font par ailleurs état d’un rapide développement du black rot, tandis que le risque oïdium est moindre, mais également bien présent. « L’impossibilité de protéger la culture dans les 15 jours à venir lors du stade sensible de la floraison expose les exploitations à une forte recrudescence de la maladie et des pertes de récolte », indiquent les représentants de la filière dans un communiqué de presse publié le 19 mai. « La capacité de nuisance du pathogène est extrême », insistent-ils.

Environ 13% du vignoble audois est concerné, et 1% du vignoble héraultais

Les trois Ministères ont donc partiellement validé la demande des Occitans, puisque seule la protection contre le mildiou à l’aide de bouillie bordelaise est autorisée. Le zonage établi par les chambres d’agriculture, et qui représente 9300 ha de l’Aude (13% du vignoble) et 900 ha de l’Hérault (1%), n’est pas contesté par le gouvernement. Ce dernier impose toutefois une « distance de sécurité qui ne peut être inférieure à 100 mètres » vis-à-vis des habitations ou lieux de fréquentation du public, des lieux abritant des animaux, des points d’eau et des espaces protégés.  
« C’est la première fois que le département de l’Aude demande une dérogation depuis l’interdiction de 2015 », appuie Philippe Vergnes, président de la CA de l’Aude. Dans le communiqué, la profession a insisté sur le « caractère exceptionnel » de cette demande.

Pour consulter l'arrêté, cliquez ici.


[1] La demande de dérogation a conjointement été formulée par les CA de l’Aude et de l’Hérault, Coop de France Occitanie, le syndicat des vignerons de l’Aude, les vignerons indépendants de l’Aude et appuyée par la Préfète de la région Occitanie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Selon les réglages, les brosses viennent plus ou moins lécher les pieds de vigne. © Boisselet
La brosse rotative intercep travaille en surface
Cet outil de travail du sol intercep permet un désherbage sous le rang tout en limitant les risques d’érosion.
Ecoceps
L'Ecocep revient sur le marché des interceps viticoles
Un an après la fermeture de CGC Agri, trois anciens salariés ont repris le brevet de l'Ecocep pour relancer cet outil de travail…
vinitech-sifel 2018
Le salon Vinitech-Sifel confirme la tenue de son édition 2020
La 22e édition du Vinitech-Sifel aura bien lieu du 1er au 3 décembre au parc des expositions de Bordeaux.…
La reconnaissance de « vins naturels » par Paris serait-elle contraire au droit européen ?
Les autorités françaises ont-elles l’intention de contourner la réglementation européenne en créant une nouvelle dénomination…
 © TikTok/ranjeet32432
Fixer aisément la barre du troisième point
L’astuce du mois nous vient des réseaux sociaux. Une idée pour attacher la barre de poussée du troisième point du tracteur d’une…
 © DR
Diag’Pulvé, un outil pour estimer la qualité d’application avec son smartphone
Pour mesurer rapidement la qualité de la pulvérisation, un projet de recherche appliquée dénommé Diag’Pulvé (1) vient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole