Aller au contenu principal
Font Size

Languedoc-Roussillon
L’arrachage n’est pas forcément synonyme de déprise agricole

Contrairement aux idées reçues, l’arrachage primé en viticulture ne s’est pas soldé par une totale déprise agricole. C’est un des enseignements à retenir de l’étude lancée par la Draaf sur le devenir des anciennes parcelles de vigne.

Les zones qui restent attractives pour la viticulture le sont aussi pour d’autres cultures.
Les zones qui restent attractives pour la viticulture le sont aussi pour d’autres cultures.
© P. Cronenberger

Pas moins de 170 000 hectares de vignes, sur un total de 430 000, ont été arrachés en Languedoc-Roussillon en trente-cinq ans d’arrachage primé (1977-2011, avec une suspension de l’aide de 1997 à 2004). “ Ce fut une politique européenne très volontariste puisque dotée d’un budget d’un milliard d’euros et avec un double objectif : diminuer le potentiel de production et adapter l’offre à la demande ”, explique Laurent Mailloux de la Draaf Languedoc-Roussillon. Le temps est donc venu de s’interroger sur le devenir de ces parcelles de vignes promises à un arrachage définitif et de dresser un bilan que certains auguraient catastrophique. Une étude a donc été menée par le cabinet Dyopta, sur un échantillon de 500 parcelles arrachées primées réparties sur l’ensemble de la région. Ainsi, 52 % de la superficie de l’échantillon est occupé par des friches. “ C’est beaucoup mais ce n’est pas 90 % des surfaces, ce qui met fin aux idées reçues ”, souligne Laurent Mailloux.


Reconversion vers les grandes cultures


Une part significative des surfaces a donc gardé un usage agricole sous forme de reconversion vers les grandes cultures et notamment le blé dur (27,9 %), les cultures fourragères (6,6 %), l’arboriculture et l’oléiculture (3,4 %), le maraîchage (2,7 %), certaines étant même retournées à la vigne (7,6 %). Enfin, seulement 2,5 % des parcelles arrachées ayant été affectées à l’urbanisation ou aux infrastructures. Mais les itinéraires post-arrachages sont très différents selon les secteurs. Et, en particulier, le département des Pyrénées-Orientales et l’est Audois affichent une part élevée de leur surface en végétation spontanée et cultures fourragères. Ce qui est à relier au potentiel agronomique des sols : moins celui-ci est élevé, plus la part des friches augmente.
Enfin, l’étude montre que le maintien d’une dynamique viticole dans les zones concernées par l’arrachage va généralement de pair avec la progression d’une dynamique agricole autre que viticole. Autrement dit : les zones qui restent attractives pour la viticulture le sont aussi pour d’autres cultures.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
Pour les prochaines vendanges, la MSA recommande notamment d' éviter le travail face à face, d'organiser les départs en décalé et que chaque salarié conserve son seau et son sécateur pour l’utilisation, l’entretien et le nettoyage.  © J.- C. Gutner
Préparer les vendanges en contexte Covid
Dans le contexte sanitaire actuel, l’organisation des vendanges devra sans doute être adaptée pour prendre en compte le risque de…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole