Aller au contenu principal

Languedoc-Roussillon
L’arrachage n’est pas forcément synonyme de déprise agricole

Contrairement aux idées reçues, l’arrachage primé en viticulture ne s’est pas soldé par une totale déprise agricole. C’est un des enseignements à retenir de l’étude lancée par la Draaf sur le devenir des anciennes parcelles de vigne.

Les zones qui restent attractives pour la viticulture le sont aussi pour d’autres cultures.
Les zones qui restent attractives pour la viticulture le sont aussi pour d’autres cultures.
© P. Cronenberger

Pas moins de 170 000 hectares de vignes, sur un total de 430 000, ont été arrachés en Languedoc-Roussillon en trente-cinq ans d’arrachage primé (1977-2011, avec une suspension de l’aide de 1997 à 2004). “ Ce fut une politique européenne très volontariste puisque dotée d’un budget d’un milliard d’euros et avec un double objectif : diminuer le potentiel de production et adapter l’offre à la demande ”, explique Laurent Mailloux de la Draaf Languedoc-Roussillon. Le temps est donc venu de s’interroger sur le devenir de ces parcelles de vignes promises à un arrachage définitif et de dresser un bilan que certains auguraient catastrophique. Une étude a donc été menée par le cabinet Dyopta, sur un échantillon de 500 parcelles arrachées primées réparties sur l’ensemble de la région. Ainsi, 52 % de la superficie de l’échantillon est occupé par des friches. “ C’est beaucoup mais ce n’est pas 90 % des surfaces, ce qui met fin aux idées reçues ”, souligne Laurent Mailloux.


Reconversion vers les grandes cultures


Une part significative des surfaces a donc gardé un usage agricole sous forme de reconversion vers les grandes cultures et notamment le blé dur (27,9 %), les cultures fourragères (6,6 %), l’arboriculture et l’oléiculture (3,4 %), le maraîchage (2,7 %), certaines étant même retournées à la vigne (7,6 %). Enfin, seulement 2,5 % des parcelles arrachées ayant été affectées à l’urbanisation ou aux infrastructures. Mais les itinéraires post-arrachages sont très différents selon les secteurs. Et, en particulier, le département des Pyrénées-Orientales et l’est Audois affichent une part élevée de leur surface en végétation spontanée et cultures fourragères. Ce qui est à relier au potentiel agronomique des sols : moins celui-ci est élevé, plus la part des friches augmente.
Enfin, l’étude montre que le maintien d’une dynamique viticole dans les zones concernées par l’arrachage va généralement de pair avec la progression d’une dynamique agricole autre que viticole. Autrement dit : les zones qui restent attractives pour la viticulture le sont aussi pour d’autres cultures.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Le vin en canette vise le créneau premium
Après le lancement d’un cru du Beaujolais fleurie conditionné en canette en novembre 2020 par Les vins de Vicky, l'entreprise La…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole