Aller au contenu principal

Nouveau
L’analyse microbienne en 10 minutes

La société Millipore vient de lancer Bevistat™, un nouvel appareil de détection rapide des levures et moisissures du vin.

Le système de détection Bevistat est entièrement automatisé et s'appuie sur une technologie de reconnaissance spécifique des microorganismes.
Le système de détection Bevistat est entièrement automatisé et s'appuie sur une technologie de reconnaissance spécifique des microorganismes.
© Millipore

« Cet appareil permet de détecter presque en temps réel une contamination du vin par des levures ou des moisissures en fournissant un résultat en dix minutes environ », explique Virginie Isner, chargée de communication chez Millipore. La société préconise l'utilisation de Bevistatpour surveiller l'apparition de contamination dans le produit et pour contrôler l'absence de contaminants après certaines étapes critiques comme la filtration stérile avant la mise en bouteille, la flash pasteurisation, et pour contrôler les vins après la mise en bouteille. « Ce gain de temps, en comparaison avec les cinq à sept jours nécessaires pour une méthode de détection classique, permet de réduire les temps de commercialisation et donc de réduire les coûts de stockage. Autre avantage, la diminution des produits à risques limite les rappels potentiels de produits qui peuvent avoir un impact financier important », souligne Gilles Aubut Chef produit chez Millipore.

Une méthode sensible

Le système de détection Bevistat est entièrement automatisé et s'appuie sur la technologie de la bioluminescence ATP (Adénosine Triphosphate), molécule présente dans les microorganismes. « La méthode permet de détecter une cellule par échantillon sans limitation de volume », explique Marie Pressel, microbiologiste R&D senior chez Millipore. L'échantillon est filtré à travers une membrane qui récupère les microorganismes potentiellement présents dans l'échantillon. La membrane est ensuite placée dans l'appareil pour réaliser le test. Les résultats sont affichés sous forme d'unité de lumière relative (URL) : la quantité de lumière est proportionnelle à la quantité de germes. Ils peuvent également être fournis sous forme de réponse de type « succès » ou « échec », pour signaler respectivement si l'échantillon est sain ou contaminé. « Le client est ainsi informé de la contamination ou non de son échantillon en un délai très rapide », conclut Marie Pressel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole