Aller au contenu principal

Echanges commerciaux
L´accord vin Union Européenne- États-Unis est ratifié

Les vignerons français sont dépités par la signature du " Wine Accord " pourtant considérée comme positive par les exportateurs français et américains.


Les vignerons français n´ont pu que " prendre acte " de la signature de cet accord, en négociation avec les Américains depuis 1983. Ils déplorent notamment le manque de protection des indications géographiques et la " reconnaissance " de l´usurpation des appellations semi-génériques. Sans oublier l´absence d´engagement des États-Unis à retourner dans le giron de l´OIV (Organisation internationale de la vigne et du vin). Les exportateurs français, pour leur part, jugent cet accord satisfaisant. " Beaucoup n´avaient pas mesuré les conséquences économiques d´un non accord ", indique la FEVS (Fédération des exportateurs français). Et de rappeler que les États-Unis sont le premier marché en valeur des vins français et celui sur lequel se crée le plus de valeur ajoutée. Les exportateurs américains réunis au sein du California Wine Institute estiment que cet accord est un " pas en avant positif ".
Répondant aux allégations des vignerons français, ils considèrent que l´accord avantage les Européens en renforçant justement la protection des marques européennes. D´aucun appréciera. Quant aux critiques relatives aux pratiques oenologiques américaines, ils rétorquent qu´ils acceptent bien la chaptalisation, autorisée en Europe mais interdite en Californie.
Une deuxième phase de négociation va s´ouvrir au cours de laquelle la Commission Européenne va rechercher la suppression progressive des usurpations des semi-génériques. Ce sur quoi la production française sera " très vigilante ". Pour les américains, il s´agit d´obtenir un second accord " plus ambitieux " et pourquoi pas d´aboutir à la mise en place d´un comité commun.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Pascal Preys, entrepreneur de travaux viticoles basé à Abzac, en Gironde, a conçu et breveté un tuteur métallique en M, le Tut'M.
[Astuce] « J’ai créé un tuteur s’autoclipsant sur le fil de palissage : le Tut'M »
Pascal Preys, ancien vigneron et entrepreneur de travaux viticoles basé à Abzac, en Gironde, a conçu et breveté un tuteur en M,…
Les rotors à axe horizontal et fils sont les plus plébiscités par les viticulteurs pour la tonte sous le rang.
Bien choisir ses tondeuses interceps
Afin de répondre à la demande croissante de tonte du cavaillon de la vigne, les solutions techniques se multiplient. Voici les…
John Deere renouvelles ses tracteurs vignerons et fruitiers.
John Deere - Les tracteurs spécialisés plus puissants et plus confortables
John Deere dévoile la nouvelle génération de tracteurs vignerons et fruitiers. 
Astuces viti-vinicoles : le top 10 de la rédaction
Une bêche roulante, une laveuse de caisses à vendange ou encore une station météo. Voici les dix bricolages viti-vinicoles qui…
L'oïdium se développe de façon sournoise sur les grappes. Une fois installé, il est difficile de s'en défaire, d'où l'importance de prendre en compte la lutte indépendamment de celle du mildiou.
Les bons conseils face à l’oïdium en viticulture
L’oïdium surprend toujours les viticulteurs, au Nord comme au Sud. Voici quelques retours d’expérience pour le gérer au mieux.
Forge Boisnier - L'Emisol XL, le porte-outils bodybuildé toutes options
Connu pour ses porte-outils interceps Emisol, Forge Boisnier en lance une version bodybuildée. 
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole