Aller au contenu principal

NÉGOCIATION
La viticulture veut faire partie des débats PAC

La production se mobilise pour faire valoir les intérêts de la filière dans la politique agricole européenne de l’après 2013.

DANS CERTAINES ZONES DIFFICILES, seule la vigne permet un maintien de l’activité humaine. Permettre d’étendre les zones d’indemnités compensatoires pour handicap naturel aux zones difficiles de production d’AOP est l’une des demandes de la viticulture dans le cadre de sa revendication pour bénéficier de crédits supplémentaires du second pilier.
DANS CERTAINES ZONES DIFFICILES, seule la vigne permet un maintien de l’activité humaine. Permettre d’étendre les zones d’indemnités compensatoires pour handicap naturel aux zones difficiles de production d’AOP est l’une des demandes de la viticulture dans le cadre de sa revendication pour bénéficier de crédits supplémentaires du second pilier.
© M-E. Koralewski

“Il faut avant tout afficher et défendre un socle commun viticole, celui de la nécessité pour la viticulture à prendre part aux négociations de la réforme de la PAC ”, martèle Michel Issaly, président des Vignerons indépendants de France. Cet affichage politique devra être défendu fermement car pour l’instant ni le Conseil européen, ni la Commission, ni le Parlement, ni même le ministère de l’Agriculture ne l’entendent de cette oreille et souhaitent exclure la viticulture des débats de la PAC. Et l’un des moyens pour que la production viticole puisse avoir droit au chapitre est de convaincre le syndicalisme à vocation générale de porter la revendication. Des prises de contact entre l’association générale de la production viticole et la FNSEA se sont multipliées en mars dans cet objectif. Les Vignerons coopérateurs de France ont constitué un groupe de travail regroupant les coopératives de fruits et légumes et plantes aromatiques et à parfums pour faire entendre leur voix au sein de Coop de France.

Davantage sur le second pilier

Pour Jérôme Despey, vice-président de la FNSEA, prendre part aux négociations doit se traduire par la défense des intérêts de la viticulture sur le second pilier de la PAC. “ Ce n’est pas parce que nous avons une OCM spécifique pour encore deux ans, que nous ne sommes pas intéressés aux mesures horizontales de la PAC ”, estime Jérôme Despey. Sa position est claire : sur la période 2013-2015, durant laquelle l’OCM spécifique se poursuit, les mesures structurantes dédiées à la filière viticole (restructuration, promotion, investissement…) doivent être considérées comme l’équivalent des aides à l’hectare (DPU) octroyées aux autres productions. Et de la même manière que ces productions, “ la viticulture doit aussi pouvoir bénéficier des aides du second pilier comme celles concernant les handicaps naturels, difficultés climatiques et la gestion des risques ”, plaide Jérôme Despey. Autre question sur la table: à quelle sauce sera mangée la viticulture après 2015 ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La matériel de désherbage développé par la société Zasso fonctionne en envoyant un courant électrique à travers les plantes.
Bilan d’une saison de désherbage électrique en vigne
Sylvain Philip, vigneron gardois, a investi en février dans l’un des tout premiers matériels de désherbage électrique intercep de…
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône« J'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
[TAILLE DE LA VIGNE] « Malgré le gel, j'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône, a repris une parcelle non-taillée en avril 2021. Elle a gelé comme ses…
Vignoble côte du Rhône
Production mondiale de vin : la France tombe à la troisième place du podium
Les aléas climatiques, nombreux et intenses en 2021, ont pénalisé la production viticole européenne et particulièrement française…
Les nouveaux tracteurs Claas Nexos bénéficient d'un plancher plat.
Claas - Le nouveau Nexos culmine à 120 ch
Claas dévoile son nouveau tracteur spécialisé Nexos.
Le gobelet palissé avec juste deux releveurs permet d'adapter le haut de la vigne aux conditions du millésime. Port retombant en cas de sécheresse, rognage en cas d'humidité.
[TAILLE DE LA VIGNE] « J’adapte mes gobelets palissés selon la météo »
Flavien Nicolas, vigneron à Cairanne, dans le Vaucluse, a planté des vignes en gobelet avec deux fils releveurs, pour s'adapter…
Lors de l'utilisation d'un tracteur enjambeur, il est important de vérifier, en fonction de l'outil attelé, dans quelles conditions de pente (inférieure à 15, 35 ou 50 %) l'engin peut évoluer, afin de garantir que l'arceau de sécurité protégera l'opérateur en empêchant de partir en tonneau.
Tracteurs enjambeurs : l’homologation antirenversement ankylose les livraisons
Bon nombre de constructeurs de tracteurs enjambeurs ont réduit momentanément leur catalogue. La cause est multifactorielle.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole