Aller au contenu principal

La vigne célébrée dans un festival des jardins

Dans le jardin Régénération au Domaine de Chaumont-sur-Loire, Catherine Baas, artiste plasticienne environnementale illustre la résilience et la générosité de la Terre Mère grâce à la vigne. Elle raconte aussi la coopération entre les végétaux.

À deux mètres de haut, cinq pieds de vigne poussent tête en bas dans un bac bleu que supportent quatre frêles tiges métalliques. Cette installation fait partie des propositions du jardin Régénération. C’est l’un des 25 jardins de la 29e édition du festival international des Jardins du Domaine de Chaumont-sur-Loire. Ce festival des jardins unique en son genre accueille les visiteurs depuis le 16 mai 2020 sur le thème Jardins de la Terre, Retour à la Terre Mère. « Dans cette proposition où la vigne est plantée à l’envers, explique Catherine Baas, on voit très vite que grâce au phototropisme les nouvelles pousses s’orientent vers le haut. La vigne révèle ainsi sa résilience. J’aime cette idée que l’on ne sait jamais vraiment ce qui est à l’endroit ou à l’envers. Mais cette vigne « tête en bas » nous entraîne aussi sur un questionnement plus large, celui de notre rapport à la Terre Mère. En cela elle fait aussi écho à l’expression « marcher sur la tête » pour dire que l’on fait n’importe quoi. Cette phrase accompagne souvent mes réflexions sur l’attention que l’on devrait plus souvent essayer de porter, moi la première, aux paysages. » Pour cette œuvre, elle s’est entourée de Jeanne Bouët paysagiste et Christophe Tardy, archéobotaniste.

La vigne pour mettre en avant la biodiversité

Jardin de Catherine Baas Chaumont sur Loire

Dans Régénération, la vigne est aussi présente en complantation dans un potager, pour mettre en avant l’intérêt de la polyculture et plus généralement de la biodiversité. Dans une troisième proposition, la vigne est « mariée » à un olivier. « Je voulais montrer la vigne témoin de notre mémoire depuis l’Antiquité. En la mariant à un arbre comme l’olivier, je rappelle que cette liane était autrefois associée aux arbres. »

Catherine Baas crée depuis près de 30 ans des œuvres in situ où les végétaux ont une place déterminante. La vigne mais aussi le vin l’ont déjà inspirée pour plusieurs créations comme à Gigondas en 2005 où, après s’être immergée dans le vignoble pendant plusieurs semaines, elle a imaginé des sculptures immenses en résine teintée directement dans les restes de raisins écrasés à la vendange. Après Gigondas, elle a aussi travaillé dans les vignobles de Saumur, de Cahors et du Roussillon. « Quand je travaille pour un domaine viticole, je mène une analyse à la fois sensible et scientifique pour faire une proposition intrinsèque au lieu. Je me rends sur place. Je fais des photos, des relevés topographiques pour réaliser un travail graphique et ensuite, en lien avec les agronomes et les œnologues, j’analyse les terroirs, je goûte les vins, j’apprécie leurs arômes et leurs couleurs. » De toutes ses expériences créatives en milieu viticole, Catherine Baas a développé une nouvelle passion, celle de la dégustation des vins !

En changeant la vigne de sens on montre que tout est relatif.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole