Aller au contenu principal

La success story des vins ligériens aux États-Unis se poursuit

Les exportations de vins blancs du Val de Loire aux États-Unis ont doublé en volume et triplé en valeur au cours des 10 dernières années. À l'occasion de Wine Paris, Interloire a réaffirmé sa confiance en l'avenir des vins ligériens sur ce marché clef.

(De g. à dr.) Valérie Gérard, Arnaud Tronche, Jean-Martin Dutour, Fanny Gillet et Bernard Jacob lors de la conférence sur le succès des vins blancs du Val de Loire aux État-Unis, à l'occasion de Wine Paris.
© J.GRAVÉ

Avec 32,6 millions d'hectolitres de vin consommés en 2017, les États-Unis occupent la première place du podium des plus grands consommateurs de vin au monde. Ce qui en fait assurément un marché clef pour les vins français. Et ce ne sont pas les producteurs du bassin ligérien qui diront le contraire, vu l'engouement que suscitent leurs vins, notamment les blancs, outre-Atlantique.  Les AOP anjou-saumur et savennières, AOP touraine et AOP muscadet tirent particulièrement leur épingle du jeu avec respectivement + 1016%, +460% et +83% d'augmentation de leur valeur à l'export vers les États-Unis. « Des résultats qui traduisent tout le travail qualitatif réalisé par les vignerons du Val de Loire », se réjouit Bernard Jacob, secrétaire général d'Interloire, l'interprofession des vins ligériens. Ces chiffres vertigineux pourraient par ailleurs continuer à progresser, comme en témoigne le Wine Trade Monitor, une enquête menée auprès d'acheteurs professionnels américains par l'agence Sopexa. Ils sont 64% à estimer que les ventes de vins ligériens aux États-Unis progresseront dans les deux prochaines années. « On a la faiblesse de penser que ce qui se passe aux États-Unis a tendance à s'étendre au reste du monde », s'amuse Jean-Martin Dutour, président d'Interloire.  Ces chiffres sont le reflet d'un changement dans le mode de consommation des Américains, « poussé par une premiumisation de la demande et un niveau d'éducation vis-à-vis du vin de plus en plus élevé », affirme Valérie Gérard, directrice trade marketing USA chez Sopexa.

Sommeliers et réseaux sociaux, le combo gagnant

« Le rôle des sommeliers est bien plus important aux États-Unis qu'en France », explique Arnaud Tronche, sommelier et propriétaire du restaurant Racines à New-York. « Les consommateurs sont très sensibles aux messages qu'ils portent sur les réseaux sociaux, notamment Instagram », poursuit-il. En témoigne le rôle joué par son associée, Pascaline Lepeltier sacrée meilleure ouvrière de France et meilleure sommelière de France en 2018. Elle est suivie par plus de 21 500 instagrameurs, qu'elle inonde de posts très orientés sur son vignoble de prédilection, le Val de Loire. Son hashtag #chenincheninchenin a très probablement participé à l'engouement des Américains pour ce cépage désormais classé quatrième des cépages les plus achetés aux États-Unis. Pour l'heure, la production de chenin ne semble pas s'exiler outre-Atlantique mais le premier congrès international qui lui est dédié les 1, 2 et 3 juillet prochain à Angers pourrait susciter de nouvelles vocations.

Un créneau à prendre pour les vins rouges du Val de Loire

Quant aux appellations rouges du Val de Loire, pas de panique, elles devraient également trouver leur place sur le marché américain. « Le consommateur américain recherche des vins moins alcoolisés, avec beaucoup de fraîcheur et le Val de Loire a une offre qui colle avec ces éléments-là » rassure Valérie Gérard. « D'autant que le Val de Loire est perçu comme l'un des premiers à avoir poussé vers le bio » argumente Arnaud Tronche. Un atout indéniable sur un marché très sensible à cet argument.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
 © J.- C. Gutner
S’adapter petit à petit à soigner la vigne autrement
Les produits de protection des plantes que l’on connaît classiquement ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il faut…
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole