Aller au contenu principal

La spécificité de la bactérie indigène est un mythe

Qu’on se le dise, la bactérie lactique œnococcus œni est une grande voyageuse. À partir de 200 vins, une étude a montré sa grande diversité génétique et son absence d’adaptation à une zone de production. À deux exceptions près toutefois.

Le champagne est, avec les blancs de chardonnay bourguignon, le seul vin à être issu de souches d’oenococcus spécifiques qui se sont adaptées aux conditions acides de vinification.
Le champagne est, avec les blancs de chardonnay bourguignon, le seul vin à être issu de souches d’oenococcus spécifiques qui se sont adaptées aux conditions acides de vinification.
© CIVC

Le mythe de la souche indigène d’ Oenococcus œni spécifique d’une région, d’une appellation, d’un cru ou d’un domaine est tombé. Pour la première fois, une analyse de la diversité génétique réalisée sur plus de 2000 colonies d’Oenococcus œni isolées à partir de 200 vins vinifiés en 2012 en provenance de quatre régions (Bordeaux, Bourgogne, Languedoc Roussillon, Liban) a en effet montré que dans un lieu donné il existe de nombreuses souches d’Oenococcus œni, soit 430 pour les quatre régions étudiées. Et même si 75 % des souches d’une région sont trouvées uniquement dans cette région et que la plupart des souches trouvées dans une exploitation ne le sont pas dans une autre, rien ne permet pour autant de conclure à leur spécificité. En effet, cette étude a montré que les souches retrouvées sur un lieu donné ne sont pas les membres d’une même “ famille génétique ” qui aurait pu s’adapter à ce lieu. Elles appartiennent au contraire à différentes familles dont des membres sont retrouvés dans diverses régions. En outre, dans une exploitation on peut observer d’une année sur l’autre
trois phénomènes : certaines souches persistent, d’autres disparaissent tandis que d’autres apparaissent. Les chercheurs estiment donc que les souches voyagent d’une exploitation à une autre, d’une région à autre, et qu’elles ne sont qu’“ en transit ”, pour une ou plusieurs années, dans chaque endroit. Autre point important révélé par l’étude : aucune souche, commerciale ou non, n’a pris le pas sur d’autres dans un lieu donné.


La bactérie ne signe pas le terroir


“ D’une façon générale, explique Patrick Lucas, professeur en microbiologie à l’ISVV (1), un vigneron qui souhaiterait élaborer un levain malolactique ‘maison’, en sélectionnant une souche ‘maison’, aurait donc toutes les chances que cette souche soit peu ou pas présente dans d’autres exploitations, mais on ne peut pas dire que cette souche sera une ‘signature’ du terroir. Elle ne sera que le reflet du hasard, qui aura permis son apparition une certaine année, dans un certain lieu. Il sera impossible d’affirmer qu’elle aurait, a priori, une bonne aptitude à fermenter les vins de l’exploitation. ”
Face au grand brassage génétique révélé par cette étude menée sur des vins en cours de fermentation malo-lactique, deux situations font cependant exception : la Bourgogne pour ses vins blancs de chardonnay et la Champagne. Dans ces deux régions, toutes les souches d’Œnococcus œni sont de la même “ famille génétique ”. On suppose que cette spécificité est le résultat d’une adaptation aux conditions acides de vinification rencontrées dans ces vins. “ Si la photographie de la diversité génétique des 430 souches étudiées ici permet de conclure qu’il n’existe pas de familles de souches adaptées à des régions ou à des exploitations , conclut Patrick Lucas, elle met en revanche en lumière qu’il existe des familles de souches adaptées à certains types de vins. Pour l’instant, seule une famille spécifique des vins blancs acides (bourgogne) a été détectée, ce qui n’exclut pas que l’étude d’autres vins  en mette en évidence de nouvelles. ”

 

(1) Institut des Sciences de la vigne et du Vin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole