Aller au contenu principal

bordeaux
La plaidoirie du CIVB pour une mixité bio et conventionnel ne passe pas

Pour répondre à la demande croissante en vins bio, le CIVB propose d'assouplir la législation sur la mixité bio et conventionnel au sein d'une même exploitation. Une proposition très mal accueillie par le Syndicat des Vignerons Bio de Nouvelle Aquitaine (SVBNA).

La mixité bio/non bio au sein d’une même exploitation est autorisée sous conditions pendant les cinq premières années du processus de certification. Le CIVB souhaite assouplir cette règle pour répondre à la demande des marchés.
© D.SEPEAU

Lors de son Assemblée Générale qui s’est tenue le 15 juillet dernier, le CIVB, à travers la voie de son président Bernard Farges, a présenté ses propositions pour sortir le vignoble bordelais de la crise commerciale dans laquelle il s’enlise. Parmi celles-ci, Bernard Farges a défendu la mixité permanente [1]des vins bio et non bio produits au sein d’une même exploitation, en vue « d’un développement rapide de l’offre bio ». Ce segment est en effet nettement moins pénalisé par la crise. Une proposition qui a fait bondir le Syndicat des Vignerons Bio de Nouvelle Aquitaine (SVBNA), dont le président, Laurent Cassy, a réagi à travers à une lettre ouverte adressée directement à Bernard Farges et publiée le 31 juillet.

Lire aussi  Coronavirus : « Cette crise va renforcer la préoccupation pour l’origine locale de l'alimentation »

Des propos jugés diffamatoires et dénigrants

« Il est [effectivement] audacieux que le CIVB se préoccupe désormais de la filière vin bio, après avoir expliqué pendant des années que l’agriculture biologique ne relevait pas de votre champ de compétences », a dénoncé Laurent Cassy avant de questionner la légitimité du président du CIVB à s’exprimer sur ces sujets.  En affirmant dans son discours que « de nombreuses entreprises se débrouillent pour contourner le règlement bio », notamment via des montages juridiques, Bernard Farges a suscité l’indignation du SBVNA. « Vous franchissez, à mes yeux, la limite de la légalité. Ces propos diffamatoires et dénigrants relèvent des instances judiciaires. Ils sont aussi une insulte à la filière Bio », a retorqué Laurent Cassy.

La bio est avant tout une question de philosophie

Fervent défenseur du respect du consommateur, de la confiance qu’il a dans la bio, et de l’exigence du travail accompli par les vignerons bio, Laurent Cassy s’est montré fermement contre cette « mixité sans bornes » que Bernard Farges défend également en son titre de président de la CNAOC. D’autres organismes comme les vignerons indépendants ou la FNAB ont indiqué partager la position du SVBNA.

 

[1] Actuellement, la réglementation bio autorise la mixité pour une période maximale de 5 ans après le début de la conversion, et pour des produits « distinguables à l’oeil nul », à savoir les raisins blancs des raisins rouges.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les amibes sont des micro-organismes unicellulaires. L'une d'elle, Willaertia magna, pourrait bientôt devenir une substance active de lutte contre le mildiou, aux vues de résultats au champ prometteurs. © Amoéba
Essais prometteurs pour un nouveau produit antimildiou de biocontrôle en vigne
Un biofongicide à base d’amibe, en test au champ depuis l’an dernier, a confirmé en 2020 son efficacité contre le mildiou. De…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole