Aller au contenu principal

La pépinière crée une marque de garantie sanitaire

« Pour garantir l’excellence de nos produits, la Fédération française de la pépinière viticole (FFPV) lance une marque qui verra le jour en 2019 », annonce David Amblevert, son président. Pour en arriver là, les 380 adhérents de la fédération, qui assurent 92 % de la production nationale, « sont les seuls en Europe à inspecter depuis quatre ans chaque plant de vigne-mère, de greffons dans leurs exploitations, et les pieds des vignobles alentour pour détecter les cas de flavescence », rappelle Giovanni Varelli, vice-président.

Et les résultats sont là. Lors de son congrès annuel qui a réuni 300 professionnels à Carcassonne, Miguel Mercier, président adjoint et responsable de l’export de la FFPV, a annoncé la fin de la perte de parts de marché de la production française depuis 2005. « Grâce à la qualité sanitaire de nos produits, la profession ressent un frémissement à la hausse, argue-t-il. Nous nous sommes vu ouvrir le marché russe très affecté à la suite d’importations de plants transalpins. » David Amblevert souligne « une disparité dans l’application des règles sanitaires européennes dans les différents pays membres, malgré les certificats délivrés par les autorités locales ».

Pour un abaissement de temps lors du traitement à l’eau chaude

Autre chantier, l’abaissement de 10 minutes du traitement à l’eau chaude des plants affectés, pour atteindre le couple 50 °C/35 minutes. La France a demandé une modification de cette règle européenne, qui fragilise inutilement des plants moins robustes. Le Portugal (30 millions de plants) s’y est opposé. « La FFPV repart au combat. La France avec ses 225 millions de plants demandera au Portugal de justifier son refus sur le plan technique », assure Pierre-Marie Guillaume, vice-président de la FFPV.

Enfin, la fédération poursuit ses pressions répétées depuis 25 ans auprès de l’administration française. Les pépiniéristes ont désormais bon espoir de voir aboutir leur demande de faire disparaître le Bulletin de transport, qui fait doublon avec le PPE européen. Toutes ces démarches ont un coût qui va renchérir le prix du matériel. Les pépiniéristes français ont résolument opté pour la qualité et la sécurité, au détriment du prix, pour conserver leur place de numéro un mondial. Ce choix stratégique est-il le bon ? Premiers éléments de réponse au prochain congrès à Beaune en octobre 2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les amibes sont des micro-organismes unicellulaires. L'une d'elle, Willaertia magna, pourrait bientôt devenir une substance active de lutte contre le mildiou, aux vues de résultats au champ prometteurs. © Amoéba
Essais prometteurs pour un nouveau produit antimildiou de biocontrôle en vigne
Un biofongicide à base d’amibe, en test au champ depuis l’an dernier, a confirmé en 2020 son efficacité contre le mildiou. De…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole